•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’église Saint-Pierre-de-La Vernière se refait une beauté

Une imposante église de bois avec des bardeaux décapés.

Tout le parement de bois de l'église Saint-Pierre-de-la-Vernière a été décapé au cours des dernières semaines et sera repeint d'ici la fin du mois de septembre.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

L'église de Saint-Pierre-de-La Vernière, aux Îles-de-la-Madeleine, subit actuellement une cure de jouvence qui lui redonnera son lustre immaculé d’antan.

Depuis la mi-juin, d'importants travaux sont en cours pour restaurer le revêtement extérieur du bâtiment surnommé la cathédrale des Îles, l’une des plus imposantes églises de bois en Amérique.

Tous les bardeaux de bois de l'église qui célébrera bientôt son 150e anniversaire ont été décapés manuellement et seront repeints d'ici la fin du mois de septembre.

C’est une église qui est en bardeaux de cèdre, donc ça implique de décaper un à un tous les bardeaux pour mettre la surface à nu, puis de repeindre tout ça avec des petits remplacements de bardeaux ici et là, explique l’architecte Marie-Hélène Verdier qui accompagne le conseil de fabrique de Saint-Pierre-de-La Vernière dans la réalisation des travaux.

Un travailleur dans une nacelle devant un mur de bardeaux décapés.

Le décapage de tous les bardeaux a nécessité un mois de travail.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Les travaux, dont la facture s’élève à près d’un million de dollars, sont réalisés par une entreprise beauceronne spécialisée en peinture de bâtiments patrimoniaux

Le Conseil du patrimoine religieux du Québec paie 80 % de la facture. Le solde, quelque 200 000 $, a été récolté par la Fabrique Saint-Pierre-de-La Vernière grâce à des dons et des collectes de fonds qui ont commencé en 2014.

« C’est une église importante, c’est un monument historique. Moi, j’y tiens beaucoup. »

— Une citation de  Lionel Bourgeois, marguillier au conseil de fabrique de Saint-Pierre-de-La Vernière

Au niveau du patrimoine, ça vaut la peine de conserver ce qu’on a sur nos Îles, ajoute Benoit Lapierre, également marguillier de la paroisse.

Les marguilliers Lionel Bourgeois et Benoit Lapierre photographiés devant l'église.

Les marguilliers Lionel Bourgeois et Benoit Lapierre sont ravis que le processus de restauration soit enclenché, après plus de sept ans de travail préparatoire.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Une honte qui aura duré 20 ans

Le projet de réfection de l'église était fort attendu, car la dégradation de la peinture a commencé il y a deux décennies.

La dernière fois que l’église a été repeinte, c’était en 2000, mais il y a eu des problèmes d’adhérence de la peinture sur le bardeau, explique l’architecte Marie-Hélène Verdier. Dès 2001, ça a commencé à peler sur la surface. Ça fait 20 ans que la population voit une église qui se dépeinture année après année.

Le projet de réfection, fort attendu des Madelinots, suscite l'enthousiasme.

C’est merveilleux de voir les travaux de réfection, parce qu’on avait honte quand les touristes venaient la visiter, lance celui qui a été président du conseil de fabrique de St-Pierre-de-La Vernière de 2001 à 2007, Alphonse Forest.

« J’avais honte parce qu’elle était toute dépeinturée, c’était scandaleux! Ça n’avait pas d’allure pour un monument comme ça, c’est un monument historique, ça a été le premier aux Îles! »

— Une citation de  Alphonse Forest, ex-président de la fabrique de Saint-Pierre-de-La Vernière
L'église Saint-Pierre-de-La Vernière photographiée avant les travaux de restauration, avec de la peinture écaillée.

La peinture de l'église s'était écaillée sur de nombreux bardeaux. Le processus de dégradation a commencé en 2001, un an seulement après qu'on eut peinturé le bâtiment (archives, septembre 2020).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Quand les travaux ont commencé sur l’église, les commentaires arrivaient de tout bord, les gens étaient vraiment fiers et contents que ça commence, ajoute l’architecte Marie-Hélène Verdier.

Le lieu de culte intègre vraisemblablement la plus ancienne église des îles de la Madeleine à subsister, puisque certaines sections datent de 1872. L’architecte madelinienne précise que le bâtiment inscrit au Registre du patrimoine culturel du Québec depuis 1992 a une très grande valeur pour les insulaires.

Ça a été la première grosse église construite pour desservir toute la population de l’île centrale, explique Mme Verdier. Elle est située sur le faîte d’une butte, elle est visible de très très loin, même en mer. C’est une église importante pour les paroissiens, mais aussi pour tous les citoyens des Îles.

L'architecte Marie-Hélène Verdier est photographiée devant l'église.

L'architecte Marie-Hélène Verdier accompagne la Fabrique de Saint-Pierre-de-La Vernière depuis 2016 pour réaliser les travaux de restauration du parement extérieur de l'église.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

À l’aube du début des travaux de peinture, l’architecte espère que les minutieux travaux de préparation du bois et les tests de différents apprêts vont permettre de ne pas répéter les erreurs du passé. J’ai dit à tout le monde d’allumer des lampions pour que la peinture adhère bien, lance Marie-Hélène Verdier en riant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !