•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Ontario desserre les restrictions sanitaires pour les vaccinés asymptomatiques

Une serveuse portant le masque discute avec deux clientes.

Parmi les contextes d’exposition les plus probables, le ministère relève les lieux de travail et les interactions entre collègues et clients.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Theriault

Les mesures de surveillance sanitaire comme l’isolement seront assouplies pour les Ontariens doublement vaccinés qui sont asymptomatiques et qui ont été en contact avec un cas de COVID-19, indique le ministère de la Santé.

En effet, l’isolement ne sera plus obligatoire pour une personne étant entrée en contact avec un cas positif si elle est doublement vaccinée et qu’elle ne présente aucun symptôme de la maladie. De plus, les proches entièrement vaccinés des personnes asymptomatiques ayant contracté la COVID-19 ne seront plus tenus de s’isoler.

Ces assouplissements s’appliquent également aux personnes ayant reçu un test positif à la COVID-19 dans les 90 jours précédant la nouvelle exposition au virus et qui se sont rétablies depuis.

Le ministère de la Santé recommande toutefois un test de dépistage le plus tôt possible à toute personne qui aura été informée de son exposition au virus.

En outre, pour les contacts asymptomatiques à risque élevé qui ne sont pas doublement vaccinés ou qui n’ont pas été exposés au virus dans les trois mois précédant la nouvelle exposition virale, le ministère de la Santé leur recommande de repasser un test au moins au 7e jour de leur isolement.

Les nouvelles directives précisent aussi que si l’exactitude d’un résultat est remis en question (par exemple, un résultat faux négatif ou faux positif), la personne doit se soumettre à un nouveau test dès que possible.

En cas test négatif, la personne doit néanmoins s’autosurveiller pendant 10 jours à compter de la date de réception de la notification d’exposition au virus et devrait demander un nouveau test si des symptômes apparaissent.

Milieu scolaire

Dans ses directives spécifiques aux écoles, le gouvernement ontarien indique que les personnes pleinement vaccinées qui ont été en contact avec un cas positif ou probable n'auront pas non plus à s'isoler ou s'exclure de l'établissement, à moins qu'elles ne présentent des symptômes. Dans ce cas, elles devraient s'isoler et se faire tester; leur date de retour à l'école dépendra ensuite de leur statut vaccinal.

Dans des circonstances exceptionnelles, des personnes vaccinées qui ont été en contact avec un cas positif ou probable peuvent être exclues de l'école, même si elles sont asymptomatiques. Par exemple, si une cohorte n'est pas immunisée en majorité ou si son statut vaccinal n'est pas bien connu, on pourrait envisager le renvoi à la maison de l'ensemble du groupe. Une direction régionale de santé publique pourrait aussi fermer une école entière en cas d'éclosion généralisée.

Les enfants de moins de 12 ans au Canada ne sont actuellement admissibles à aucun des vaccins contre la COVID-19 qui ont été approuvés jusqu'ici par Santé Canada.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !