•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fairy Creek : 56 nouvelles arrestations et présence policière au campement de base

Une route vue de haut avec des tentes et des voitures.

Plusieurs campements et barricades ont été érigés au fil des mois le long de la route forestière Granite Mainline pour bloquer l'accès à l'entreprise forestière Teal-Jones.

Photo : Gendarmerie royale du Canada

Alors que des centaines de personnes ont souligné l’anniversaire des premières barricades pour la sauvegarde des forêts anciennes, lundi, à Victoria, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) est entrée pour la première fois dans certains campements près de Port Renfrew.

Les policiers sont arrivés lundi matin vers 8 heures, raconte Willow, l’une des manifestantes sur place, qui préfère utiliser un pseudonyme.

Au départ, ils nous ont dit que nous aurions 24 heures pour évacuer avant qu’ils commencent les arrestations, mais ils ont commencé très rapidement après, indique-t-elle.

Pour la première fois depuis le début du mouvement, il y a un an, la GRC a procédé à des arrestations dans trois différents campements le long de la route forestière Granite Mainline, là où se trouve le quartier général de Fairy Creek ainsi que les camps surnommés River et Helli.

Hier, le campement Helli a été complètement saisi par la GRC.

Une citation de :Willow, manifestante de Fairy Creek

À un moment donné, 20 personnes ont lié leurs bras les uns aux autres et se sont assises à l’entrée afin de bloquer la route devant la ligne d’exclusion, explique Willow.

Au total, 33 personnes ont été arrêtées lundi et 23 mardi, portant le nombre d'arrestations à 579 depuis le début de l’application de l’injonction à la mi-mai. La grande majorité des manifestants arrêtés l’ont d'ailleurs été pour non-respect de l’injonction.

Une trompette devant une barricade avec des gens derrière.

Dans les dernières semaines, les arrestations étaient principalement concentrées au campement de Waterfall, de l'autre côté du bassin versant de Fairy Creek.

Photo : Radio-Canada / Sarah Xenos

L’arrivée des policiers au campement de base, le plus gros parmi les différents campements érigés au fil des mois pour bloquer différents points d’accès au bassin versant de Fairy Creek, est survenue le même jour qu'une manifestation organisée à Victoria pour souligner le premier anniversaire du mouvement.

Il s’agit toutefois d’une coïncidence, assure le porte-parole de la GRC, le sergent Chris Manseau.

Il n’y avait pas de conspiration pour décider qu’hier était le jour pour entrer au campement.

Une citation de :Chris Manseau, porte-parole de la Gendarmerie royale du Canada

Quelques policiers restent encore au campement de Waterfall, là où les arrestations se produisaient principalement ces derniers jours, mais le gros des forces se concentre dorénavant sur le camp de base, indique-t-il.

Sur place, les manifestants déplorent une utilisation de la violence de la part des policiers qui aurait notamment mené à une blessure à la cheville chez un manifestant, ce que la GRC dément.

De ce que j’ai vu, personne n'a été blessé. Il y avait un homme qui s’est enfui des policiers et il est tombé par terre, mais rien ne nous dit que [sa cheville] était vraiment cassée, souligne le sergent Chris Manseau.

Après avoir démantelé plusieurs campements dans les derniers mois, notamment celui de Caycuse et celui d’Eden Grove, la GRC espère que son arrivée au campement de base sonne le glas des barricades.

J’espère que c’est le début de la fin, mais on ne sait pas alors on doit continuer au moins jusqu’à la fin septembre lorsque l’injonction se terminera, illustre le sergent.

Les manifestants, eux, sont pourtant loin de vouloir baisser les bras, assure Willow.

Le quartier général n’est pas le cœur des campements. L’esprit du campement et la communauté que nous avons bâtie peuvent très bien se déplacer, dit-elle en ajoutant qu’un autre quartier général pourrait voir le jour dans le futur, au besoin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !