•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le GP3R modifie les mesures sanitaires sur son site

Piste de course avec voitures.

Grand Prix de Trois-Rivières (août 2017)

Photo : Radio-Canada / Jef Fortier

Pascale Langlois

Quelques jours seulement avant sa grande fin de semaine de courses, le Grand Prix de Trois-Rivières (GP3R) apporte des modifications à son plan sanitaire. L'événement a entre autres suspendu la vente de billets depuis samedi dernier.

C’est pas un risque qu’on a décidé de prendre, c’est nos responsabilités, déclare le directeur général du GP3R, Dominic Fugère.

L’objectif est de permettre aux spectateurs, notamment dans les gradins, de maintenir une distance minimale de deux mètres entre les bulles familiales. Les organisateurs recommandent aussi aux spectateurs ayant des billets d’admission générale d’apporter leur propre chaise.

Le port du masque sera également obligatoire dans les estrades et en tout temps sur le site. De plus, la consommation de nourriture sera permise seulement dans les espaces de restauration.

On a trouvé une façon de faire, je pense, qui va être non seulement satisfaisante, mais qui va être aussi sécuritaire et quand même agréable, affirme Dominic Fugère.

Des citoyens avaient manifesté leurs inquiétudes la semaine dernière concernant la tenue du Grand Prix alors que Trois-Rivières connaît une flambée de cas.

Des impacts financiers

Les nouvelles mesures sanitaires entraînent autant des pertes financières que des coûts de plusieurs centaines de milliers de dollars, selon le directeur général de l’événement. Je ne vous dirais pas qu’on va faire beaucoup d’argent, mais on n’en perdra pas trop non plus, assure Dominic Fugère.

Difficile de dire combien de billets auraient pu être vendus au cours des derniers jours avant l’événement. Pour nous habituellement c’est 35 à 40 % des billets qu’on vend dans la dernière semaine, estime le directeur général du GP3R. Les places réservées dans les gradins étaient vendues à 75 %.

La santé publique régionale a fait ces recommandations compte tenu de la situation épidémiologique, a affirmé la Dre Marie-Josée Godi.

La santé publique est également en discussion avec le Festival western de St-Tite, notamment pour revoir la distanciation à la lumière de la situation sanitaire qui prévaut dans la région.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !