•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le télétravail comme solution à la pénurie de main-d'œuvre?

Une femme travaille sur une tablette informatique; un ordinateur est posé sur son bureau.

Avec la pandémie, de nombreuses entreprises ont dû s'adapter et offrir du télétravail, ce qui n'était pas une pratique courant auparavant.

Photo : Getty Images / LaylaBird

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2021 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le télétravail est une pratique de plus en plus commune dans les milieux de travail qui l’acceptent et permet d’aller recruter à l’international. Cela pourrait être une solution à la pénurie de main-d'œuvre.

Il est toutefois nécessaire de considérer que le télétravail peut avoir l’effet inverse et inciter des personnes du Québec à accepter des emplois avec de meilleures conditions à l’étranger.

Quand tout ça a recommencé tranquillement, il y en a qui ont décidé de ne pas retourner au travail, explique le directeur général de Job.Etrouve, Maxime Charron. Ils ont soit décidé de changer de branche ou décidé d'aller vers une entreprise qui permettait le télétravail, mais pas nécessairement ici dans les environs.

Certaines entreprises ont tourné le télétravail à leur avantage, c’est le cas de Job.Etrouve, qui propose de rendre accessible le travail au Québec à des travailleurs étrangers, sans avoir besoin de passer par le long processus d’immigration.

« Ceux qui ne croyaient pas au télétravail avant la pandémie aujourd'hui y croient. Depuis la dernière année, nous autres c'est incroyable. Les entreprises, que leurs employés soient à Sherbrooke, Montréal ou au Cameroun en Afrique, c'est la même chose. »

— Une citation de  Maxime Charron, directeur général, Job.Etrouve.

C’est le cas de l’entreprise ComptesRecevables.net, qui, après avoir embauché un travailleur du Cameroun, est en processus pour en recruter un second.

C'est sûr qu'au niveau des coûts il y a une grosse différence, mentionne la directrice de la fidélisation client chez ComptesRecevables.net, Roseline Laberge. On s'assure en engageant à l'international qu'on ne vole pas un employé à une autre PME de Granby.

« C'est super le fun d'avoir d'autres cultures, d'apprendre! On apprend tout le temps! »

— Une citation de  Roseline Laberge, directrice de la fidélisation client, ComptesRecevables.net.

La pratique du télétravail permet aussi de résoudre des problèmes des deux côtés du globe.

C'est un peu l'opposé entre ce que l'on vit en Amérique du Nord et ce qu'il y a dans d'autres pays à travers le monde, soutient Maxime Charron. On a des universités et de la formation professionnelle depuis longtemps, mais le côté entrepreneurial a été très fort, et là, on manque de monde. Alors que là-bas, ils sont diplômés, ils sont formés, mais il n'y a pas de travail.

D’après le reportage d’Arianne Béland.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...