•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le plan en infrastructures « historique » de Biden franchit une étape clé

Le dôme du Capitole à Washington.

Ce plan prévoit 550 milliards $ américains de nouvelles dépenses fédérales dans les routes, les ponts, les transports, mais aussi dans l'Internet à haut débit et pour lutter contre les changements climatiques.

Photo : Getty Images / Joshua Roberts

Agence France-Presse

Grâce au large soutien de démocrates et de républicains, le plan de 1200 milliards de dollars d'investissements dans les infrastructures présenté comme « historique » par le président américain Joe Biden a franchi samedi une étape clé au Sénat américain. Son adoption semble désormais garantie avant son envoi à la Chambre des représentants.

Fruit de mois de négociations et d'un rare consensus entre des sénateurs républicains et démocrates, ce grand plan prévoit 550 milliards de dollars américains de nouvelles dépenses fédérales dans les routes, les ponts, les transports, mais aussi dans l'Internet à haut débit et pour lutter contre le changement climatique.

Il atteint au total 1200 milliards de dollars américains (l'équivalent du produit intérieur brut 2020 de l'Espagne) si l'on prend en compte la réorientation d'autres financements publics existants.

Avec l'accord de 18 républicains, dont leur puissant chef Mitch McConnell, et de 49 démocrates, le Sénat a décidé de mettre fin aux débats sur le projet de loi.

Ce vote de procédure nécessitait 60 voix. Il marque une étape décisive puisqu'il souligne les très fortes chances que le texte a d'être adopté ensuite, à la majorité simple (51 voix), au Sénat.

Le vote final dimanche?

Mais le texte doit encore affronter une étape de procédure et il pourrait y avoir de nouveaux votes sur les amendements.

La date du vote final restait donc inconnue samedi soir. Il pourrait survenir en début de semaine ou dès dimanche, les règles très flexibles du Sénat permettant d'accélérer les procédures… à condition d'obtenir l'unanimité.

Celle-ci semblait toutefois difficilement atteignable samedi soir, après de nouvelles heures de négociations infructueuses pour tenter d'écourter les délais, bloquées par l'opposition d'au moins un républicain.

Cet accord représente un investissement historique, a tweeté Joe Biden samedi.

« Nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas le mettre en œuvre. »

— Une citation de  Joe Biden, président des États-Unis

L'adoption de ce projet offrirait une victoire éclatante au président démocrate, qui parie sur la reprise économique et la lutte contre les ravages de la pandémie de COVID-19.

L'ex-président républicain Donald Trump, lui, a jugé samedi que cet accord était une honte.

Il me sera très difficile de soutenir quelqu'un d'assez stupide pour voter en faveur de cet accord, a-t-il menacé par communiqué, alors qu'il reste très populaire auprès des électeurs républicains et que les élections parlementaires de 2022 approchent.

Mais les républicains soutenant le projet savent aussi que ces investissements sont très populaires auprès des électeurs, et l'influent Mitch McConnell a défendu samedi un texte imparfait, mais fruit d'un compromis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !