•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa annonce une entente avec les agents frontaliers en grève

Quatre agents des services frontaliers fouillent un camion.

Le personnel des services frontaliers a déclenché une grève du zèle vendredi matin, notamment parce que les travailleurs et travailleuses sont sans contrat de travail depuis 2018.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral a annoncé vendredi soir avoir conclu une entente préliminaire avec l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) et le Syndicat des douanes et de l’immigration, à l'issue d'une première journée de grève du zèle des agents frontaliers.

L'accord, annoncé vendredi en soirée après plus de 36 heures consécutives de pourparlers médiatisés, intervient après une grève du zèle, qui a provoqué un important ralentissement à la frontière vendredi.

Cela survient également quelques jours seulement avant que l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) ne commence à assouplir les restrictions de voyage liées à la COVID-19 pour les citoyens américains et les résidents permanents entièrement vaccinés.

 On est soulagés que l’ASFC et le gouvernement aient finalement présenté des solutions aux enjeux qui préoccupaient le plus nos membres, ce qui a évité de prolonger le conflit de travail , a déclaré Chris Aylward, président national de l’AFPC.

Le syndicat affirme que cette entente met immédiatement fin à la grève du zèle qui a commencé à 6 h ce matin et assure le retour normal de la circulation transfrontalière.

 Après trois ans de négociations, on a enfin réussi à régler des problèmes de longue date, ce qui aidera grandement nos membres à se sentir valorisés et en sécurité au travail.  , a souligné Mark Weber, président national du SDI.

L’entente a une durée de 4 ans (de 2018 à 2021) avec des augmentations de salaire de 2 % par année en moyenne.

Les deux parties se sont entendues notamment pour la mise en place d'un comité national mixte qui s’attaquera au climat toxique à l’Agence. Les syndiqués ont obtenu entre autres une indemnité de repas pour les membres en uniforme.

De son côté, le gouvernement a indiqué dans un communiqué que l'entente reconnaît également la responsabilité de notre gouvernement envers les contribuables canadiens en vue de conclure une entente raisonnable, compte tenu de la réalité économique du pays.

Des moyens de pression d'envergure

Les membres du Syndicat des douanes et de l'immigration de l'Alliance de la fonction publique du Canada, qui représente quelque 9000 employés de l'ASFC, étaient sans contrat à long terme depuis 2018.

Environ 90 % des travailleurs frontaliers de première ligne sont classés comme employés essentiels, une désignation qui les empêche de quitter leur travail.

Le syndicat avait lancé vendredi une vaste série de moyens de pression vendredi dans les aéroports canadiens, aux postes frontaliers terrestres, aux points d'entrée commerciaux, aux établissements postaux et à l'administration centrale.

Des ralentissements de services aux usagers ont été observés, notamment au poste-frontière de Windsor et au port de Saint-Jean au Nouveau-Brunswick.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !