•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La paralysie de Bell ajoutée aux rares effets secondaires du vaccin Pfizer

Une fiole de vaccin de Pfizer-BioNTech.

Au 30 juillet, ce mal a été constaté chez 206 personnes ayant reçu le vaccin Pfizer.

Photo : Radio-Canada / Jacques Corriveau

La Presse canadienne

Santé Canada a ajouté vendredi une paralysie faciale connue sous le nom de paralysie de Bell aux rares effets secondaires du vaccin de Pfizer-BioNTech.

L'agence explique que la paralysie de Bell est un épisode de faiblesse ou de paralysie des muscles du visage, ajoutant que cette manifestation est généralement temporaire. Parmi les symptômes, Santé Canada note la perte de sensibilité du visage, des maux de tête, des larmoiements et de la salivation excessive.

Elle indique que le nombre de cas ayant souffert de cette paralysie au Canada après avoir reçu le vaccin s'élève à 311. Toutefois, cela ne signifie pas que le vaccin en était la cause précise.

Au 30 juillet, ce mal a été constaté chez 206 personnes ayant reçu le vaccin Pfizer, 67 le Moderna, 37 l'AstraZeneca. On ignore quel vaccin a reçu le dernier cas.

L'étiquette du Moderna avait déjà été modifiée pour mentionner les très rares signalements de paralysie de Bell.

Depuis le début de la campagne de vaccination au pays, plus de 50 millions de doses de vaccin ont été administrées. Santé Canada dit avoir été informée de 2849 cas de patients ayant souffert de graves effets secondaires comme une inflammation cardiaque, des réactions allergiques, des caillots de sang et des syncopes.

Santé Canada recommande à ceux qui ressentent les symptômes de la paralysie de Bell de consulter un médecin.

Le ministère a tenté de rassurer la population en écrivant dans son communiqué que les vaccins contre la COVID-19 continuent d'être sûrs et efficaces pour [la] protéger contre la COVID-19.

Les avantages des vaccins contre la COVID-19 l'emportent toujours sur leurs risques éventuels, car les preuves scientifiques montrent qu'ils réduisent les décès et les hospitalisations dus à la COVID-19, ajoute-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !