•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ultime tentative pour le propriétaire du 200 Cité-des-Jeunes

Un immeuble entouré d'arbres.

Le 200 boulevard Cité-des-Jeunes, à Gatineau

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Radio-Canada

Les résidents du 200 boulevard de la Cité-des-Jeunes avaient jusqu’à vendredi pour accepter les offres soumises par le Groupe Dumont et quitter de manière temporaire ou définitive l’immeuble à logements.

Samedi dernier, les résidents de cet immeuble de 194 logements de Gatineau ont reçu une offre. Le propriétaire de l'édifice leur proposait 4000 $ pour quitter leur appartement de manière temporaire ou 6500 $ pour résilier leur bail.

Le groupe Dumont, qui a acheté l’édifice en novembre l'an dernier, affirme que l’immeuble doit être vide pour que soient menés à bien d’importants travaux de rénovation plus que nécessaires.

Les résidents avaient jusqu'à vendredi pour accepter l'offre.

Selon le propriétaire, quatre ou cinq personnes ont accepté une offre, mais une quarantaine de résidents s'apprêtent à monter au front. Ils dénoncent une rénoviction.

Parmi eux, Jean-Sébastien Bachand. Ce dernier l’assure, il n’est pas contre les rénovations.

C'est vrai, il faut que tu rénoves tout, tu as raison. Mais fais-le dans les règles, dit-il. Je ne connais personne ici, au 200 Cité-des-Jeunes, qui est contre les rénovations. C'est parce qu'on a des droits. Il y a des lois. Pourquoi est-ce qu'on partirait pour lui faire plaisir?

En décembre 2020, le propriétaire a émis des avis d'éviction sans avoir eu le feu vert du Tribunal administratif du logement. Ces avis ont été ensuite invalidés, et les travaux ont été suspendus. La majorité des résidents a quand même quitté les lieux.

Les résidents qui restent souhaitent conserver leur loyer modique. Ils demanderont, entre autres, à rester dans l'édifice pendant la durée des travaux.

Mais si la meilleure solution, dans l'intérêt de tout le monde, mais surtout dans l'intérêt des locataires, c'est qu'ils soient évincés temporairement, que cette éviction temporaire soit bien encadrée, mais surtout, et surtout, le retour dans le logement, dit l’avocat du Bureau d’aide juridique qui défend une portion des locataires qui y habitent encore, Me Mario Morin.

Un immeuble en arrière-plan et un arbre au premier plan.

Les résidents qui restent souhaitent conserver leur loyer modique.

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Le propriétaire du Groupe Dumont, Carl Dumont, n'a pas voulu accorder d'entrevue à ICI Ottawa-Gatineau.

Il rappelle toutefois que l'édifice est dans un état critique et déplore que la suspension des travaux ralentisse le processus de rénovation.

Les audiences devant le Tribunal administratif du logement commenceront mardi prochain, le 10 août.

D’après un reportage de Catherine Morasse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !