•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À 16 ans, il réalise son rêve de diriger sa propre entreprise

Un jeune homme tend une crème glacée et une cuillère au-dessus d'un comptoir.

Travyn Wabie est devenu entrepreneur à 16 ans.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Tanya Neveu

Un adolescent autochtone de la Première Nation de Timiskaming à Notre-Dame-du-Nord a réalisé son rêve cet été, celui de devenir entrepreneur. À 16 ans, Travyn Wabie s’est procuré une remorque dans laquelle il fabrique des crèmes glacées sur une plaque de glace. Son objectif est clair : implanter son entreprise Ice cream before you scream à travers le pays.

Le mercure indique près de 30 degrés, une journée où les friandises glacées sont populaires. Travyn Wabie ne craint pas la chaleur dans sa petite remorque. Avec ses deux spatules, il tourne et retourne la crème qu’il tente de figer.

Logo du vidéojournal.

Fabricant de crème glacée à 16 ans

Photo : Radio-Canada

Depuis le mois d’avril, l’adolescent a préparé plus de 2000 crèmes glacées. Ça se passe vraiment bien, on a vendu au-dessus de 2000 crèmes glacées. J’ai 16 ans, vendre 2000 crèmes glacées faites à la main, c’est un peu intense, avoue-t-il.

L’idée de posséder sa propre entreprise ne date pas d’hier. Il rêve de devenir son propre patron depuis toujours.

J’ai toujours eu l’envie de travailler pour moi-même. Je gère tout, c’est moi qui gère les commandes, l’inventaire, la gestion du client, les pages Internet, le site web, explique Travyn Wabie.

Après sa quatrième année au secondaire, Travyn Wabie a intégré le marché du travail pour amasser de l'argent. C'est ce qui lui a permis de concrétiser son plan d'affaires en peu de temps.

On a choisi la crème glacée parce que c’est plus simple, durant l’été ça se vend beaucoup. On n’a pas ça ici en Abitibi-Témiscamingue, de la crème glacée faite sur une plaque froide, c’est vraiment différent, croit le jeune entrepreneur.

Avec sa remorque, aménagée spécialement pour son entreprise, il se déplace un peu partout sur le territoire de l’Abitibi-Témiscamingue. Il est actuellement au Domaine Baie-à-l’Orignal, à Montbeillard.

Je suis fier de moi, parce que c’est une grosse étape. L’année prochaine, avec les propriétaires du camping, on pense avoir quelque chose de plus gros, dit-il.

Travyn Wabie terminera sa première saison le 23 août. Il redeviendra alors un employé pour amasser encore plus d’argent, car son projet est clair et ambitieux. Il aimerait posséder 50 remorques d’ici 25 ans, installées à travers le Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !