•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Foyers de soins : la formation de préposé maintenant payée par le gouvernement

Une préposée aux soins tient la main d'une personne âgée.

La formation de préposé aux soins pour travailler dans les foyers de soins au Nouveau-Brunswick est maintenant payée par le gouvernement provincial (archives).

Photo : Shutterstock / Lighthunter

Radio-Canada

La pénurie de préposés aux soins au Nouveau-Brunswick mène le gouvernement provincial à rembourser l’entièreté des droits de scolarité des gens qui choisissent d'obtenir une formation en ce domaine.

Le ministère de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail en a fait l’annonce vendredi matin.

Les personnes qui s'intéressent au programme doivent d’abord communiquer avec un conseiller en emploi chez Travail NB. Avec un plan approuvé, tout étudiant peut se faire rembourser la totalité des droits de scolarité pour sa formation en la matière.

En plus, d’autres fonds sont disponibles afin de simplifier l’accès à la formation. Des frais de transport et de garde d’enfant peuvent, entre autres, être remboursés.

Auparavant, 50 % des droits de scolarité étaient remboursés jusqu’à concurrence de 4000 $. Les lignes directrices de deux programmes ont été modifiés afin de permettre à plus de gens de suivre les formations nécessaires.

Plusieurs formations sont admissibles au nouveau programme de remboursement, dont celui de Service de soutien en foyer de soins spéciaux au Collège communautaire du Nouveau-Brunswick. Ce programme de 15 semaines coûte 1275 $ aux étudiants.

Selon le gouvernement provincial, ces changements devraient permettre à 350 personnes de suivre une formation de préposé aux services de soutien à la personne et à environ 150 personnes de s’inscrire à la formation de conseiller en intégration communautaire.

Au cours de la pandémie, nous avons vu à quel point il est important pour notre personnel de recevoir une formation uniforme et de haute qualité; les préposés aux services de soutien à la personne ont été le fer de lance du système de soins aux aînés à bien des égards. Il s’agit donc d’un grand pas en avant, affirme la présidente de l’Association des foyers de soins spéciaux du Nouveau-Brunswick, Jan Seely, citée dans un communiqué.

Récemment, le gouvernement du Nouveau-Brunswick a été accusé d'échouer à répondre à la demande de places dans les foyers de soins. Alors que les aînés représentent près de 20 % de la population de la province et que ce pourcentage doit doubler d'ici 2036, la liste d’attente pour un lit en foyer de soins ne cesse de s’allonger.

Des préposés travaillent également à offrir des soins aux aînés qui choisissent de rester à la maison. La demande dans le secteur des soins à domicile est par ailleurs en augmentation selon l’Association de soutien à domicile du Nouveau-Brunswick.

Les employeurs qui doivent former du personnel peuvent aussi obtenir un remboursement partiel ou complet des frais de formation de préposé aux soins.

La demande accrue de services de soins à domicile et de soins personnalisés paraît logique, alors que les hôpitaux continuent d’être aux prises avec des problèmes de surcapacité. Il s’agit vraiment de soins appropriés fournis au bon moment et au bon endroit, et nous espérons que cette possibilité de formation incitera plus de gens à envisager une carrière dans le secteur communautaire, dit la présidente de l’Association de soutien à domicile du Nouveau-Brunswick, Tina Learmonth.

Le programme s’adresse aussi aux personnes qui veulent devenir conseillers en intégration communautaire. Ces gens aident les enfants et les familles qui ont des problèmes développementaux et fonctionnels à, entre autres choses, acquérir une formation professionnelle et d’autres compétences ainsi qu’à se réadapter.

Cette formation gratuite devrait nous aider à recruter des employés qualifiés et à progresser pour atteindre notre objectif visant à faire de cette profession un choix de carrière plus attirant, affirme la présidente de l’Association des conseillers en services communautaires du Nouveau-Brunswick, Lise Hitchcock.

L’initiative est financée par les gouvernements provincial et fédéral.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !