•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Huawei « dans une passe difficile », en butte aux tensions entre Pékin et Washington

Le siège de Huawei.

Le siège de Huawei à Shenzhen, dans la province chinoise du Guangdong

Photo : Getty Images

Agence France-Presse

Huawei a enregistré une baisse de 38 % de son chiffre d'affaires au deuxième trimestre, selon des résultats publiés vendredi par le géant chinois des télécoms, en butte à des sanctions commerciales des États-Unis.

Le groupe de Shenzhen (sud) est au centre d'une intense rivalité technologique entre la Chine et les États-Unis, qui le soupçonnent d'espionnage potentiel au profit de Pékin.

L'ancienne administration Trump a placé Huawei sur liste noire, interdisant aux entreprises américaines de lui vendre des technologies sensibles, notamment des microprocesseurs. Le groupe chinois se retrouve aussi coupé du système d'exploitation Android de Google, utilisé dans ses téléphones intelligents.

Le téléphone intelligent Huawei P50.

Un client regarde un téléphone intelligent Huawei P50 à Hangzhou, dans la province chinoise du Zhejiang.

Photo : Getty Images

L'actuelle administration Biden n'a rien changé à la politique américaine envers Huawei.

Dans ce contexte, le groupe chinois a annoncé vendredi un chiffre d'affaires de quelque 62 milliards $ canadiens pour le premier semestre, en baisse de 29 % sur un an. La marge bénéficiaire a atteint 9,8 %, selon un communiqué de l'entreprise, qui n'a pas fourni de résultats financiers pour la période.

Soustraction faite des résultats annoncés pour le premier trimestre, le chiffre d'affaires du deuxième trimestre s'inscrit à 32,5 milliards $ canadiens, en baisse de 38 % sur un an.

La branche produits de consommation, qui comprend les téléphones portables, a vu ses ventes reculer de 47 % sur un an, à 20,4 milliards $ canadiens.

Les sanctions américaines ont forcé Huawei à se recentrer stratégiquement sur des secteurs comme les logiciels, l'informatique d'entreprise ou les véhicules intelligents.

Notre objectif, c'est la survie, a reconnu dans un communiqué l'un des présidents tournants du groupe, Eric Xu.

« Nous avons traversé une passe difficile et tous nos employés ont continué à avancer avec beaucoup de force et de détermination. »

— Une citation de  Eric Xu, un des présidents du groupe

Début 2020, Huawei était devenu le premier fabricant mondial de téléphones intelligents. Frappé par Washington, il ne figure plus parmi les cinq premiers du secteur, y compris en Chine, où il a longtemps dominé le marché, d'après le cabinet d'études Canalys.

Premier équipementier mondial pour la 5G, la cinquième génération de l'Internet mobile, Huawei a vu son développement entravé aussi dans cette activité par les pressions des États-Unis, qui cherchent à convaincre leurs alliés de proscrire le groupe chinois.

Au premier semestre, les ventes dans ce secteur ont reculé de 14,2 % sur un an, à 202,26 milliards $ canadiens.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !