•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les parts de marché du géant Québecor soulèvent des questions

L'édifice de Québecor à Montréal.

Le géant québécois des télécommunications a activé 27 200 nouvelles lignes mobiles au deuxième trimestre.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La Presse canadienne

Les séries éliminatoires de la Coupe Stanley ont permis à Québecor de dévoiler un bénéfice supérieur aux attentes, mais le nombre de nouveaux abonnés au sans-fil a laissé les investisseurs sur leur faim.

Le géant québécois des télécommunications a activé 27 200 nouvelles lignes mobiles au deuxième trimestre, une augmentation de 1,8 % par rapport à l'an dernier. Vince Valentini, de Valeurs mobilières TD, s'est dit peu enthousiaste par rapport à ce chiffre dans une note publiée après les résultats. Il reconnaît cependant que la société n'a pas connu une baisse aussi importante du nombre d'abonnés durant la pandémie que ses concurrentes.

À la Bourse de Toronto, l'action du propriétaire de Vidéotron perdait 3,83 %, ou 1,23 $, à 31,18 $, jeudi après-midi.

Pierre Karl Péladeau, le président et chef de la direction, assure que Québecor jouit toujours d'une posture favorable par rapport aux autres marques, même s'il admet que la concurrence est plus forte au Québec et qu'il faut se battre pour attirer de nouveaux clients. Nous allons continuer d'être dynamiques et innovants et nous prévoyons maintenir ou accroître nos parts de marché, a-t-il dit lors d'une conférence téléphonique visant à discuter des résultats du deuxième trimestre.

Jérôme Dubreuil, de Desjardins Marché des capitaux, note que les sociétés de télécommunications ont recruté plus d'abonnés qu'anticipé. Il croit cependant qu'un contexte de reprise économique est favorable à Québecor.

Un coup de pouce du hockey

Au cours de la période de trois mois close le 30 juin, le bénéfice net de Québecor a diminué de 29,4 %, ou 51,4 millions $, par rapport à la même période l'an dernier, pour s'établir à 123,5 millions $. L'entreprise explique l'écart défavorable principalement par le refinancement de la dette et la diminution du bénéfice lié aux activités abandonnées.

Le bénéfice ajusté par action à 0,65 $ est plus élevé que la prévision moyenne des analystes à 0,62 $ avant la publication des résultats. M. Valentini attribue cet écart à la division Médias, dont les revenus ont augmenté de 49,3 % pour passer de 132,7 millions $ à 198,2 millions $.

Les médias de Québecor ont profité du succès des Canadiens de Montréal au cours des séries. Il ne s'agit pas d'un élément récurrent pour l'entreprise, nuance toutefois M. Dubreuil. Les revenus de la société, pour leur part, ont augmenté de 12,7 % à 1,13 milliard $. C'est un peu plus que le consensus des analystes de 1,08 milliard $.

Le secteur Télécommunications a affiché au second trimestre de 2021 une croissance de 6,8 % de ses revenus, qui ont atteint 928,4 millions $. La filiale Vidéotron rapporte notamment des hausses de revenus de 127,1 % en équipements filaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !