•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meng Wanzhou : 2e jour d'audiences, la Couronne fait valoir ses arguments

La directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou.

La directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, quitte son domicile pour se rendre à la Cour suprême de la Colombie-Britannique à Vancouver le 29 juin 2021.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Radio-Canada

Jeudi, une avocate de la Couronne a plaidé qu'on ne devrait pas mettre en doute de façon légère l'attitude des autorités américaines dans cette affaire, lors de la deuxième journée des audiences finales concernant l'extradition de la directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou.

L'avocate Monika Rahman a répondu devant la Cour suprême de la Colombie-Britannique aux arguments des avocats de la dirigeante de Huawei.

La défense avait soutenu la veille que les États-Unis avaient mal interprété et omis certaines preuves dans leur dossier de fraude soumis aux autorités canadiennes pour obtenir son extradition.

Me Rahman a plaidé jeudi que les Américains respectaient des normes très élevées en matière d'extradition, mais qu'ils exercent leur pouvoir discrétionnaire quant aux preuves à soumettre lorsqu'ils font leur demande.

Mme Meng avait été arrêtée en décembre 2018 à sa descente d'avion, à l'aéroport de Vancouver, à la demande des Américains, qui veulent la traduire en justice pour fraude. Ses avocats affirment que la demande d'extradition américaine constitue un abus de procédure qui devrait être arrêté par les tribunaux canadiens.

La directrice des finances de Huawei est accusée aux États-Unis d'avoir déformé la relation entre le géant chinois et la société de technologies Skycom, lors d'une réunion avec des banquiers d'HSBC, en 2013. La banque aurait par la suite été en position de violer les sanctions américaines imposées à l'Iran.

Mme Meng et Huawei nient catégoriquement ces accusations. La dirigeante de Huawei est en liberté sous caution depuis son arrestation, il y a plus de 31 mois. Elle vit dans l'une de ses résidences de Vancouver.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !