•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’opposition dénonce l’absence du masque obligatoire lors de la rentrée scolaire

Wab Kinew est debout à un lutrin devant un micro et porte un masque.

« La décision de rendre les masques non obligatoires non seulement ajoute un risque inutile pour les élèves, mais fait aussi preuve d’ingérence politique », affirme Wab Kinew.

Photo : Radio-Canada / Jeff Stapleton

Les deux partis d'opposition dénoncent la décision du gouvernement manitobain d’éliminer l’obligation de porter le masque dans les écoles. La province ne fera que le recommander plutôt que de l'exiger.

Cette levée de boucliers suit le dévoilement, jeudi, du plan provincial pour la rentrée scolaire.

Selon celui-ci, les élèves de la maternelle à la 12e année retourneront en classe à temps plein en septembre et ne devront pas obligatoirement porter un masque.

Le chef du Nouveau Parti démocratique du Manitoba (NPD), Wab Kinew, trouve cette décision ahurissante.

Nous avons déjà vu ce film, et ça ne s’est pas très bien terminé pour les Manitobains lors de la deuxième et de la troisième vague, dénonce-t-il.

La décision de rendre les masques non obligatoires, non seulement, ajoute un risque inutile pour les élèves, mais fait aussi preuve d’ingérence politique, ajoute le chef néo-démocrate.

Lorsque nous parlons aux experts en santé publique, lorsque nous écoutons des épidémiologistes, ils disent tous que le port du masque obligatoire devrait être la dernière chose à éliminer, poursuit-il.

Une manière très facile de s’assurer que les enfants restent en classe serait de maintenir l’exigence du masque dans les écoles, croit Wab Kinew. Ce serait une manière très simple d’assurer une cohérence pour les enseignants et une manière très simple de rassurer les parents qu’ils ne devront pas manquer leur travail pour s’isoler avec leur enfant cette année.

Le chef du Parti libéral du Manitoba, Dougald Lamont, déclare quant à lui qu’il est incroyable que la province ait mis autant de temps pour élaborer un plan qui ne fait absolument rien.

C’est un plan vraiment décevant qui n’offre aucune protection. Le gouvernement aurait dû investir dans de la nouvelle ventilation, mais il ne l’a pas fait, ajoute-t-il en soulignant qu’il est en faveur du maintien de l’obligation de porter le masque dans les salles de classe.

Il me semble que ce gouvernement fait comme si la pandémie était terminée, déplore Dougald Lamont.

La position difficile des divisions scolaires

Lors d’une conférence de presse tenue jeudi, le ministre de l’Éducation, Cliff Cullen, a déclaré que la province n’entravera pas les divisions scolaires si elles souhaitent prendre des mesures supplémentaires pour enrayer la propagation du virus.

Selon le directeur général de la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM), Alain Laberge, cela met les divisions dans une position difficile. Il affirme que la province semble se débarrasser de la question du masque en en renvoyant la responsabilité aux divisions scolaires.

"Recommander [le port du masque]", est-ce que ça veut dire que les écoles peuvent l’exiger? Qu’on l’exige ou que l’on ne l’exige pas, il va y avoir une rébellion.

Une citation de :Alain Laberge, directeur général de la Division scolaire franco-manitobaine

M. Laberge affirme qu’il aurait voulu des directives plus claires de la part de la province. Il aurait aussi souhaité plus de clarté sur ce qu’une école doit faire en cas d’éclosion.

Il souligne que la DSFM prépare un plan pour la rentrée plus détaillé qui prend en compte des éléments tels que le nettoyage des écoles et la circulation de l’air.

Dans une déclaration publiée sur le site web de la Division scolaire Louis-Riel, le directeur général, Christian Michalik, affirme de son côté que sa division cherchera à atteindre un accord collectif concernant le port du masque.

Il voudrait que, comme durant la dernière année scolaire, tous les individus fréquentant les écoles portent un masque au cours de la journée, y compris dans les autobus et lors de contacts étroits pendant les cours d'éducation physique et la récréation.

Avec les informations de Mina Collin

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !