•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grève chez Olymel : toujours aucune entente après la 22e rencontre de conciliation

L'usine d'Olymel à Vallée-Jonction.

L'usine d'Olymel à Vallée-Jonction (archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cloutier

Le syndicat de l’usine Olymel de Vallée-Jonction et l’employeur ont quitté jeudi la table des négociations sans en venir à une entente. Aucune date n'a été fixée pour la reprise des pourparlers.

Les injonctions du ministre du Travail, Jean Boulet, mais aussi des éleveurs de porcs et des vétérinaires en début de semaine en vue d'une issue au conflit de travail qui dure depuis le 28 avril auront été vaines.

Pour une deuxième fois en moins d’une semaine, le syndicat a quitté la table et replonge encore davantage l’industrie dans l’incertitude, a lancé le premier vice-président d'Olymel Paul Beauchamp, à l'issue de la rencontre.

Horaires de travail

La question de la durée de la convention et celle des salaires sont encore en litige. Mais jeudi, un autre problème est également revenu dans la discussion, celui des horaires de travail.

L'employeur souhaiterait des horaires de 10 heures par jour sur quatre jours pour le quart de soir, mais le syndicat s'y oppose.

Aujourd’hui, le syndicat s’est présenté en conciliation avec l’intention de faire l’ultime effort pour arriver à une entente raisonnable pour les travailleurs et reprendre l’abattage rapidement, s'est défendu pour sa part Martin Maurice, président du syndicat par voie de communiqué.

Olymel a non seulement refusé le compromis salarial, mais a ajouté l’insulte à l’injure en mentionnant qu’il regrettait d’avoir envisagé la recommandation de l’équipe de conciliation, a-t-il ajouté.

Assemblée générale

Aux yeux de M. Beauchamp, c'est un recul difficile à comprendre.

On décide de reculer [...] et d’ajouter ce point-là aux deux qui étaient toujours en suspens à savoir la durée de la convention et le plan monétaire. C’est à n’y plus rien comprendre, a-t-il réagi.

Les syndiqués se prononceront en référendum sur la question de l'horaire de travail la semaine prochaine lors d'une assemblée générale. Ils présenteront également aux membres les détails de la dernière contre-proposition.

Aucune date pour une prochaine rencontre de conciliation n'a été fixée pour le moment.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !