•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le NPD demande à Ottawa 15M $ en fonds d’urgence pour le Campus Saint-Jean

Une affiche annonçant le Campus Saint-Jean.

L'établissement postsecondaire situé à Edmonton fait face à des problèmes financiers.

Photo : Radio-Canada / Jessica L'heureux

À quelques semaines de la rentrée scolaire, le Nouveau Parti démocratique (NPD) du Canada demande à Ottawa de fournir une aide financière d’urgence de 15 millions de dollars au Campus Saint-Jean, à Edmonton.

Le NPD veut que l'argent du fédéral soit alloué directement à l'établissement postsecondaire sans passer par le gouvernement albertain.

En conférence de presse jeudi devant le Campus Saint-Jean, le porte-parole néo-démocrate en matière d'enseignement supérieur, David Eggen, a condamné les récentes coupes budgétaires du gouvernement de Jason Kenney dans l’enseignement supérieur.

Il a aussi déploré que la province n’ait toujours pas utilisé les 3,7 millions de dollars mis à sa disposition par Ottawa pour aider le Campus Saint-Jean.

Ce n’est pas la première fois que Jason Kenney laisse de côté de l’argent fédéral, a affirmé David Eggen.

Aide du fédéral

Le NPD estime toutefois que le montant avancé par Ottawa n’était pas suffisant pour permettre à l’université francophone de faire face aux coupes budgétaires imposées par le gouvernement de Jason Kenney.

Il demande donc à Ottawa un investissement supplémentaire de 15 millions de dollars et qu'il s’engage à long terme à soutenir financièrement le Campus Saint-Jean.

Le gouvernement fédéral a lui aussi des obligations. [...] Il ne peut pas continuer à blâmer Jason Kenney de ne pas venir à la table des négociations quand il sait qu’il ne le fera pas, affirme la députée néo-démocrate de la circonscription Edmonton-Strathcona, Heather McPherson.

Elle ajoute qu’Ottawa est déjà venu en aide à des universités en difficulté financière dans le passé et lui demande de faire de même pour le Campus Saint-Jean.

On est prêt à mettre plus d’argent pour aider le Campus Saint-Jean, a indiqué la ministre des Langues officielles, Mélanie Joly, mercredi, en conférence de presse.

Bien entendu, on déplore le fait que le gouvernement de l'Alberta est présentement dans des procédures judiciaires parce que le financement au Campus Saint-Jean a été coupé et qu'il conteste le fait que les parents et les étudiants aient accès à des ressources qui soient raisonnables dans les circonstances, a-t-elle déclaré.

De son côté, le ministre albertain de l'Enseignement supérieur, Demetrios Nicolaides, affirme que son gouvernement est déterminé à soutenir la communauté francophone de l’Alberta et l’enseignement en français.

Nous sommes en discussion avec le gouvernement canadien en ce qui concerne le financement du Campus Saint-Jean. Cependant, le ministère de l’Enseignement supérieur ne finance pas directement le Campus Saint-Jean. L’argent est alloué à l’Université de l’Alberta, qui, elle, s’occupe de transférer les fonds au Campus Saint-Jean, précise-t-il dans une déclaration par courriel.

Retenir les jeunes

Selon le directeur général de l'organisme Canadian Parents for French en Alberta, Michael Tryon, le Campus Saint-Jean est essentiel au rayonnement du français en Alberta et dans l’ouest du pays.

Il dit qu’une grande partie des étudiants du Campus Saint-Jean sont passés par les programmes d’immersion en français.

Les défis du Campus Saint-Jean ne concernent pas seulement les francophones. Ils affectent beaucoup de jeunes étudiants dont le français est la seconde langue, croit-il.

Selon lui, la disparition de nombreux cours en français au Campus Saint-Jean en raison des coupes budgétaires pourrait pousser les étudiants à continuer leurs études en anglais plutôt qu’en français ou à quitter l’Alberta.

Nous ne pourrons pas fournir une éducation en français dans l’Ouest canadien si le Campus Saint-Jean n’existe plus, affirme quant à elle Heather McPherson.

Avec les informations de Katrine Deniset

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !