•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle ère à la Ferme aux saveurs des monts

Un homme sourit à la caméra en se tenant debout devant une grange.

Sylvain Bertrand, propriétaire de la Ferme aux saveurs des monts (archives)

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Radio-Canada

La Ferme aux saveurs des monts a reçu une aide financière de 150 000 $, annoncée par le gouvernement du Québec, jeudi.

Cette somme, qui provient du programme Transformation alimentaire : robotisation et systèmes de qualité, vise à appuyer le projet d’agrandissement de son local de production et l’acquisition d’équipements pour l’automatisation de ses activités et la standardisation de ses procédés.

On a été un des secteurs qui a été positivement affecté par la COVID. Les gens se sont tournés vers l’achat local. [...] Mais du jour au lendemain, il a fallu faire face à une demande qui était décuplée avec les mêmes structures, les mêmes équipements, les mêmes employés, la même expertise qu’on avait. On manquait d’espace pour fonctionner, explique Sylvain Bertrand, propriétaire de la ferme de Val-des-Monts qui se spécialise dans la volaille.

L’entreprise familiale a donc décidé d’investir pour un total de quelque 400 000 $ afin d’agrandir, d’automatiser et d’optimiser ses procédures de fabrication. Le chantier a été complété au printemps, après avoir été amorcé à l’automne 2020.

La somme du gouvernement du Québec a été le coup de pouce nécessaire, souligne M. Bertrand.

C’est grâce à cette aide qu’on a décidé d’aller de l’avant pour se doter d’équipements spécialisés. On a augmenté notre capacité, explique-t-il.

Un avenir prometteur

Le projet a déjà produit des résultats puisque, selon le propriétaire de la ferme, son chiffre d’affaires a déjà augmenté de 30 %.

Par voie de communiqué, le député de Gatineau, Robert Bussières, s’est félicité de cette aide du gouvernement.

 La Ferme aux saveurs des monts est connue dans la région et constitue un maillon indispensable de la chaîne d’approvisionnement alimentaire locale. Ses délicieux produits sont écoulés directement dans la région, ce qui constitue un plus dans l’offre alimentaire offerte aux Outaouais. Cet investissement bénéficiera directement aux consommateurs d’ici, a-t-il déclaré.

En activité depuis 21 ans, la Ferme aux saveurs des monts voit désormais l’avenir avec confiance.

En 2000, j’ai commencé seul. Il y avait un petit poulailler abandonné et maintenant, on est une équipe de 30 employés. On transforme et on commercialise environ 1000 poulets et chapons toutes les semaines. [...] On a une clientèle qui est fidèle, ça nous permet de bâtir avec confiance. J’ai la chance aussi d’avoir de la relève. J’ai deux jeunes garçons qui travaillent avec moi depuis cinq ans. À mon âge, je ne suis pas sûr que je me serais lancé dans un projet comme ça, mais comme il y a une pérennité dans l’entreprise, ça nous permet d’investir dans le futur, dit M. Bertrand.

Une dinde congelée dans un emballage de plastique.

La Ferme aux saveurs des monts se spécialise dans la volaille (archives).

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

L’automatisation est aussi importante pour faire face à la pénurie de main-d'œuvre, poursuit M. Bertrand qui déplore que les règles interprovinciales bloquent le potentiel de développement de son entreprise.

Jusqu’à maintenant, le programme d’investissement Transformation alimentaire a touché plus de 650 entreprises, précise le gouvernement dans un communiqué.

 Le secteur de la transformation alimentaire est le premier secteur manufacturier au Québec, c’est dire l’importance de cette industrie pour nos régions et notre économie, a souligné le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, André Lamontagne.

Le gouvernement du Québec prévoit investir 15 milliards de dollars en production agricole, en production aquacole, dans les pêches et en transformation alimentaire d’ici 2025.

Avec les informations de Benjamin Vachet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !