•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec songe à imposer la vaccination au personnel de la santé

Une infirmière se fait vacciner.

Près de 9 travailleurs de la santé sur 10 ont reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19.

Photo : Horizon Santé-Nord

Radio-Canada

La menace du variant Delta semble préoccuper de plus en plus le gouvernement du Québec, tant et si bien qu’il réfléchit à l'idée de rendre la vaccination obligatoire auprès du personnel du réseau de la santé.

Nous n’excluons rien pour protéger la population et ne pas confiner de nouveau le Québec, a expliqué dans une déclaration écrite le bureau du premier ministre, jeudi après-midi.

Cette annonce survient quelques heures après la confirmation de la mise en place d’un système de passeport vaccinal au Québec, une mesure elle aussi motivée par le variant Delta.

Le taux de vaccination chez les travailleurs et travailleuses de la santé est assez élevé : 89,9 % du personnel a reçu au moins une dose de vaccin et 80,4 % des employés du réseau sont adéquatement protégés, soit parce qu’ils sont pleinement vaccinés, soit parce qu’ils ont contracté la COVID-19 et ensuite reçu une dose de vaccin, selon des données de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) publiées le 4 août.

C’est chez le personnel paratechnique – qui comprend entre autres les préposés aux bénéficiaires – que le taux de vaccination est le moins élevé. Seuls 73,6 % de ces travailleurs sont adéquatement vaccinés, tandis 86,5 % de ces personnes ont reçu une seule dose.

Le personnel soignant a constitué la première tranche de la population à avoir accès au vaccin dès la mi-décembre. Ceux et celles qui ne sont toujours pas vaccinés doivent se soumettre à trois tests de dépistage préventifs par semaine.

Les employés de la santé ont été particulièrement touchés par la COVID-19. Des milliers d’entre eux étaient absents du travail parce qu’ils avaient contracté la maladie ou par crainte de l’attraper.

Mardi, l’Association médicale canadienne (AMC) et l’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) ont pris position en faveur de la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé partout au pays.

Elles ont cité l’émergence de variants hautement contagieux, la stagnation des taux de vaccination partout au Canada ainsi que le devoir fondamental des travailleurs de veiller à la santé des patients.

Un peu plus tôt jeudi, l’opposition officielle libérale avait souhaité que le gouvernement Legault soit beaucoup plus coercitif en obligeant les travailleurs de la santé récalcitrants à se faire vacciner.

On a une arme contre la COVID, c’est le vaccin. Donc, c’est le gros bon sens que les gens qui sont près des patients soient vaccinés. C’est une question de protection du public, a souligné la porte-parole en matière de santé du Parti libéral du Québec, Marie Montpetit.

Du côté de Québec solidaire (QS), on dit se fier aux experts de l’INSPQ, qui jugent jusqu’à maintenant qu’il n’y a pas d’avantage substantiel à rendre le vaccin obligatoire. Mais nous suivons l’évolution de la situation et des expertises scientifiques sur le sujet, a indiqué l’attachée de presse de QS, Mélanie Guillemette.

Le Parti québécois doit quant à lui aborder cette question lors d’une prochaine réunion du caucus.

La vaccination obligatoire des fonctionnaires n’est cependant pas envisagée pour le moment, contrairement au gouvernement fédéral qui explore différentes modalités pour potentiellement appliquer cette mesure.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !