•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

200 nouveaux logements nécessaires aux Îles, d'ici cinq ans

Un paysage madelinot où on voit des collines, des maisons et la mer à Havre-Aubert avec des fleurs en avant-plan.

La Communauté maritime adopte des mesures en lien avec le logement depuis 2019 (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Roxanne Langlois

Afin de résorber le déficit de logements locatifs sur le territoire des Îles-de-la-Madeleine, un minimum de 200 nouvelles unités louées à l’année devront être construites d’ici cinq ans : c’est ce qui ressort de l’enquête menée sur le sujet le printemps dernier, dont les résultats ont été dévoilés jeudi.

Si les différents acteurs et élus constataient concrètement un manque de logements sur le territoire, les besoins n’étaient pas précisément chiffrés jusqu’ici. Le consultant Jean-François Vachon, qui a mené cette enquête de mars à mai dernier après avoir été mandaté par la Communauté maritime, estime d’ailleurs que ces chiffres se veulent prudents.

On est aussi venus évaluer la capacité de l’industrie de la construction à construire du logement, explique le consultant. Selon lui, 200 nouvelles unités créées d’ici 2026 trouveraient effectivement preneur. De plus, il estime que les efforts faits par des entrepreneurs en construction pourraient créer un effet boule de neige.

Le consultant Jean-François Vachon.

Le consultant Jean-François Vachon a été mandaté l'hiver dernier par la Communauté maritime, afin de mener une enquête faisant état de l'offre et de la demande en matière de logement aux Îles-de-la-Madeleine.

Photo : Capture d'écran

On apprend également dans le rapport d’enquête que seulement 24 % des résidents des Îles-de-la-Madeleine sont des locataires (1329 ménages). Environ 40 % de ces ménages sont constitués de deux personnes.

La situation actuelle du logement fait en sorte qu’on a des gens qui restent des fois dans des maisons trop grosses pour eux, par peur de ne pas être capables de se trouver quelque chose. Ces maisons-là ne sont pas disponibles pour les familles des Îles qui sont à la recherche de maisons; ça crée une pression en termes de rareté sur le marché immobilier, résume M. Vachon.

 Une affiche à louer.

Les logements vacants se font très rares en Gaspésie et aux Îles.

Photo : Radio-Canada

Les besoins mentionnés dans le cadre de l’enquête sont des logements disponibles à l’année, salubres, en bon état et abordables. Selon le document, les logements de deux chambres et plus ainsi que ceux de plus petites tailles qui logeraient des personnes vivant seules seraient les constructions à prioriser.

M. Vachon a colligé des données et statistiques mises à sa disposition par de nombreuses organisations. Plus d’une vingtaine d’entrevues ont également été réalisées le printemps dernier, notamment avec des acteurs du domaine de l’habitation.

Problématiques et recommandations

Le travail de recherche effectué a permis d’identifier les principales problématiques en matière de logements sur l’archipel.

La rareté des baux de logements, une forte culture du propriétaire, la location à court terme de logements à des fins d’hébergement touristique, un déséquilibre entre les coûts de construction et les loyers espérés ainsi qu'un parc immobilier dominé par la maison unifamiliale y sont listés.

Au chapitre des recommandations, le rapport propose l’encadrement partiel de la location à court terme ainsi qu’une priorisation des secteurs où la population pourrait être densifiée. Des suggestions comme la mise sur pied d’une coopérative d’habitation et d’un écoquartier sont également faites.

Peu de surprises

La directrice du développement du milieu pour la Municipalité des Îles-de-la-Madeleine, Josianne Pelosse, mentionne que les conclusions de l’enquête ne sont pas étonnantes.

Est-ce qu’il y a eu de grandes surprises? Je ne suis pas prête à dire ça. Par contre, ça vient vraiment confirmer que les efforts déjà entamés et [ceux] qui vont être faits sont dans la bonne direction, explique la gestionnaire.

Josianne Pelosse dehors, au printemps, au soleil.

Josianne Pelosse, directrice du développement du milieu à la Municipalité des Îles, travaille à améliorer l'offre de logements dans l'archipel.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Plusieurs incitatifs afin d’encourager les promoteurs à construire de nouvelles unités locatives ou les propriétaires à signer des baux à long terme ont été mis de l’avant depuis 2019 sur l’archipel.

On estime qu'environ un million de dollars ont été injectés par la Communauté maritime afin de résorber les problématiques liées au logement, en 2021 seulement.

En route vers un plan d’action

Le rapport d’enquête sera présenté lors de la prochaine séance régulière du conseil de la Communauté maritime, mardi prochain. Le comité permanent sur le logement, formé le mois dernier, sera ensuite chargé de prendre connaissance de ses conclusions et de ses recommandations.

À partir de ça, on va commencer à travailler sur un plan d’action avec le comité. On peut penser que ce plan d’action pourrait prendre forme au printemps 2022, mentionne Mme Pelosse.

La pénurie de logements sur l’archipel, notamment causée par les évictions estivales à des fins de locations touristiques, a poussé divers partenaires locaux à s’allier afin de trouver des solutions.

Un centre d’hébergement temporaire situé au deuxième étage de l’ancien aréna de Havre-aux-Maisons est notamment accessible jusqu’à la mi-septembre à ceux et celles n’ayant pas de logis pour la haute saison.

Cinq unités aménagées avec la collaboration de la Croix-Rouge canadienne sont ainsi offertes aux Madelinots. Un bilan quant à l’occupation de ce centre sera fait lors de son démantèlement, cet automne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !