•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ombudsman relève des erreurs lors de l'éclosion de COVID-19 à Parkside Extendicare

Devanture de l'affiche du Parkside Extendicare, centre de soins de longue durée.

Plus de 40 personnes sont décédées de la COVID-19 lors d'une éclosion survenue en décembre 2020.

Photo : Radio-Canada

Charles Le Bourgeois

Dans son rapport d’enquête publié ce matin sur l’éclosion de COVID-19 à Parkside Extendicare de Regina, l’ombudsman de la Saskatchewan, Mary McFadyen, relève plusieurs erreurs commises par l’établissement.

Mary McFadyen constate tout d’abord que, au lieu de limiter l’occupation des chambres à deux résidents, le centre de soins de longue durée a préféré garder des chambres vides pour isoler les résidents porteurs du virus. C’était une erreur, affirme-t-elle.

Tableau décrivant l'éclosion de Covid-19 à Extendicare Parkside de Regina.

Il y a eu 194 infections sur les 198 résidents du Extendicare Parkside à Regina, entre novembre 2020 et janvier 2021.

Photo : Radio-Canada

L'ombudsman souligne par ailleurs que l’établissement savait dès mars 2020 qu’il serait en difficulté en cas d’éclosion, et que, malgré cela, il était mal préparé.

Selon le rapport, le centre de soins n’a pas suffisamment testé son personnel et n'a pas pris les précautions nécessaires parmi ses employés, comme le port du masque durant les pauses ou la distanciation physique.

D’après les conclusions de l’enquête, l'établissement ne s’est pas conformé aux directives de santé publique concernant le port du masque. Le personnel ne recevait qu’un seul masque de protection durant son quart de travail au lieu de quatre.

Mary McFadyen explique que le plan de ParksideExtendicare était d'isoler les résidents malades dans les couloirs de son aile nord. Au lieu de cela, les premières personnes contaminées ont été placées dans l'aile principale du bâtiment, ce qui a provoqué une accélération de la transmission du virus.

L’ombudsman précise également que le personnel n’était pas équipé pour déplacer de manière sécuritaire autant de résidents à la fois, soulignant que des résidents infectés par la COVID-19 ont été déplacés en même temps que des résidents non malades. Par ailleurs, tous ne portaient pas de masque, et les chambres n'étaient pas totalement désinfectées lors de ces transferts.

Le rapport dénonce aussi le manque de personnel dès le début de l’éclosion, si bien que les employés en isolement ne pouvaient pas être remplacés.

Recommandations

Sur la base de ses conclusions, Mary McFadyen recommande à Parkside Extendicare de collaborer avec l'Autorité de la santé de la Saskatchewan (SHA) pour effectuer un examen de ces incidents.

Elle demande par ailleurs à l’établissement de s'assurer que ses administrateurs et son personnel se conforment non seulement aux règles de l'établissement, mais aussi à celles édictées par le ministère de la Santé et de la SHA.

Parkside Extendicare devra aussi s’assurer qu'il dispose de ressources afin que son personnel soit, à l'avenir, en mesure de faire face à une situation similaire, de la prévenir et de la contrôler.

Mary McFadyen recommande à la SHA de cesser immédiatement d'autoriser les chambres à quatre lits dans les établissements de soins de longue durée.

L’ombudsman demande aussi à la SHA d’effectuer des examens annuels détaillés dans tous les foyers de soins de longue durée pour s'assurer qu'ils respectent ses normes de soins.

En tout, 194 résidents sur 198 ont contracté la COVID-19, et 39 d'entre eux en sont morts. Parmi le personnel, 132 employés de l’établissement ont été infectés par le virus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !