•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Québec imposera un passeport vaccinal pour des services non essentiels

François Legault, derrière un lutrin, s'adresse à une foule dans un parc.

Le premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé jeudi qu'un passeport vaccinal sera instauré dans la province en raison de l'augmentation des cas de COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Devant « le début d'une quatrième vague » de COVID-19, le Québec mettra bientôt en place un passeport vaccinal pour éviter un autre confinement.

Les gens qui ont fait l'effort d'aller chercher leurs deux doses doivent être capables de vivre une vie quasi normale, a déclaré le premier ministre François Legault en point de presse jeudi.

Le passeport sera utilisé pour l'accès à certains services non essentiels seulement.

Une main tient un téléphone intelligent sur lequel est affiché un code QR.

Il est déjà possible de télécharger une preuve de vaccination après avoir reçu son injection au Québec.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

François Legault a rappelé que le gouvernement envisageait ce recours depuis les dernières semaines dans l'éventualité d'une hausse des cas dans la province. C'est une tendance qui semble d'ailleurs se dessiner : l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a recensé 305 nouveaux cas au cours des dernières 24 heures.

Le bilan de la veille faisait état de 184 cas supplémentaires. Toutefois, personne n'est décédé de la COVID-19 dans les deux derniers jours, malgré la hausse des infections.

Clairement, on est sur une montée dans une période où, normalement, on a plusieurs facteurs favorables, a noté le Dr Gaston De Serres, médecin-épidémiologiste à l'INSPQ, en faisant référence aux écoles fermées et aux contacts intérieurs moins nombreux pendant la belle saison. Quand on va arriver à la fin août, c'est certain que ça va encore s’accélérer, a-t-il ajouté en entrevue au 15-18.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, devrait donner plus de détails sur le fonctionnement de ce système dans les prochains jours, a indiqué M. Legault.

Pas de débat à l'Assemblée nationale

Nous attendons avec impatience les modalités de cet éventuel passeport vaccinal, a réagi par communiqué le porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, qui aurait aimé qu'un débat en commission parlementaire soit organisé avant d'imposer cette mesure.

Il faudra impérativement mettre en place des balises claires pour éviter les dérapages et protéger les données personnelles des citoyens et citoyennes.

Un peu plus tôt cette semaine, la cheffe de l'opposition officielle à Québec, Dominique Anglade, avait demandé au gouvernement de mettre en place un tel système de passeport afin d'encadrer les activités auxquelles les personnes non vaccinées pourraient participer en cas de quatrième vague.

Dominique Anglade parle en point de presse.

Mme Anglade demande au gouvernement de prendre « tous les moyens pour que notre été de liberté ne soit pas le prélude à un automne confiné » (archives).

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy-Roussel

Ce n’est pas de gaieté de cœur qu’on va devoir demander un passeport vaccinal. Il y aura des conflits avec la clientèle et il y aura des questions liées au fait que nos membres aient à jouer aux policiers, a réagi pour sa part François Meunier, vice-président de l'Association des restaurateurs du Québec.

Vivre un confinement généralisé pendant presque un an, c’est une situation qui doit être évitée à tout prix, a-t-il ajouté.

Des cibles de vaccination à revoir

Personne ne veut revivre ce qu’on a vécu au cours de la dernière année, c'est-à-dire reporter des chirurgies parce que nos hôpitaux sont engorgés, a lancé François Legault en martelant l'importance de se faire vacciner.

Ce dernier a souligné au passage que, si la tendance se maintient, Québec atteindra prochainement son objectif initial de vacciner pleinement 75 % de la population. C'est toutefois une ambition qui pourrait changer.

Malheureusement, avec le variant Delta qui amène plus de gens à l'hôpital, on est en train de revoir ces cibles-là avec la santé publique, a noté M. Legault.

Depuis le début de la campagne de vaccination, 83 % des Québécois ont reçu au moins une première dose. La proportion de personnes adéquatement vaccinées s’établit à 67 % dans la province, selon l'INSPQ.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure.

Une rentrée en présentiel

La rentrée scolaire se fera en personne pour tous, mais certaines mesures particulières pourraient s'appliquer, a également précisé le premier ministre. Québec est par ailleurs en train de revoir sa position sur le port du masque dans les écoles.

Le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, a indiqué sur Twitter qu'il fera le point la semaine prochaine.

En juin, le gouvernement avait annoncé que la rentrée au primaire et au secondaire se ferait à visage découvert si 75 % des 12 à 17 ans étaient vaccinés. Mais comme dans bien d'autres sphères, la quatrième vague et le variant Delta viennent brouiller les cartes.

Si vous maintenez une rentrée scolaire plus normale [...], c'est certain que des mesures devraient être présentes et conservées, même si vous avez un pourcentage de personnes qui sont pleinement vaccinées, croit le professeur au Département de sciences biologiques de l'UQAM et spécialiste de la virologie, Benoit Barbeau, de passage à l'émission Midi info.

Le port du masque devrait être une possibilité, et recommandé. C'est une mesure extrêmement efficace.

Une citation de :Benoit Barbeau, professeur au Département de sciences biologiques de l'UQAM

Les résultats des études sur l'efficacité et la sécurité des vaccins chez les enfants de 5 à 11 ans, attendus cet automne, seront aussi déterminants pour le reste de l'année scolaire, selon le Dr Gaston De Serres.

Une idée impopulaire dans le reste du pays

Le premier ministre Justin Trudeau – qui était aux côtés de son homologue québécois pour une annonce sur des investissements dans les garderies – a déclaré qu'il appuyait l’idée du passeport vaccinal et qu'il envisageait même de rendre la vaccination contre la COVID-19 obligatoire pour certains employés fédéraux.

M. Trudeau a également avancé qu'il était en train de travailler avec les provinces qui souhaitent elles aussi mettre en place un passeport vaccinal, notamment pour pouvoir voyager à l'étranger.

Justin Trudeau prend la parole derrière un lutrin.

Justin Trudeau envisage de rendre la vaccination obligatoire pour certains fonctionnaires fédéraux.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Malgré tout, Québec fait presque cavalier seul au sein de la Confédération sur la question d'une preuve vaccinale pour accéder à certains services non essentiels.

Pour l'instant, seuls le Manitoba et l'Île-du-Prince-Édouard ont des mesures qui s'apparentent à ce qui sera instauré par l'administration Legault. Au Manitoba, la fiche vaccinale permet aux personnes vaccinées de voyager ailleurs au pays sans avoir à s'isoler à leur retour et de visiter leurs proches dans les résidences pour personnes âgées, notamment.

L'Île-du-Prince-Édouard, de son côté, exige que tous les Canadiens de 12 ans et plus obtiennent un laissez-passer (PEI Pass) qui comporte leur nom, leur adresse et leur état de vaccination pour entrer dans la province sans devoir effectuer de quarantaine.

En juin, la Nouvelle-Écosse a demandé à sa commissaire à la vie privée de se pencher sur les implications d'un passeport vaccinal.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !