•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La journaliste Anne Sinclair revient sur l’affaire DSK dans ses mémoires

Une femme brune, habillée en noir, sourit.

Anne Sinclair en 2017 à Paris

Photo : getty images for les napoleons / Richard Bord

Radio-Canada

Passé composé, le livre autobiographique de la journaliste française Anne Sinclair, est sorti dans les librairies canadiennes mercredi. La septuagénaire y revient notamment sur sa relation avec Dominique Strauss-Kahn, avec qui elle était encore mariée lors de l'affaire du Sofitel de New York.

Anne Sinclair a longtemps dit qu’elle n’écrirait pas ses mémoires de journaliste, mais le confinement imposé par la pandémie et la rediffusion d’extraits de l’émission d’entrevues 7 sur 7, qu’elle a animée dans les années 1980 et 1990 à la télévision française, l’ont fait changer d’avis. 

J’ai finalement trouvé que c’était assez intéressant, parce que ça témoignait d’un langage politique et d’une époque. Et j’ai eu envie de la revisiter, a-t-elle expliqué en entrevue avec Stéphan Bureau à l’émission Bien entendu

Dans Passé composé, elle évoque 7 sur 7 et sa passion pour le journalisme, mais aussi son enfance et sa vie de mère.

Peut-être que je n’ai pas voulu voir

Une quarantaine de pages sont consacrées à sa relation avec Dominique Strauss-Kahn, avec qui elle était mariée depuis plus de 20 ans lorsque le couple s’est séparé, en 2012. L’homme politique français était directeur du Fonds monétaire international lorsqu’il a été arrêté à New York en mai 2011, accusé d’avoir agressé sexuellement une femme de chambre dans un hôtel.

Par la suite, Dominique Strauss-Kahn a été accusé de proxénétisme dans une affaire de réseau de prostitution et d’agression sexuelle par d’autres femmes.  

Il était naturel que, revisitant ma vie, je parle d’un chapitre qui a défrayé la chronique, a-t-elle dit. Je suis arrivée avec une idée très précise, dans ce chapitre, qui était de dire ce que cet ébranlement avait causé sur ma personne, et non pas de révéler quoique ce soit de croustillant ou de glauque.

Dans son livre, elle affirme que Dominique Strauss-Kahn a su se montrer convaincant pour apaiser ses inquiétudes, voire les tourner en ridicule et lui en faire faire honte, et elle dit comprendre les personnes qui ne peuvent pas croire qu’elle n’ait rien vu pendant toutes ces années. 

Je suis peut-être sotte, aveugle, peut-être que je n’ai pas voulu voir [...], mais je certifie, et je donne ma complète parole, que la vie qu’il menait m’était totalement inconnue parce qu’il avait sans doute fait en sorte qu’elle me soit inconnue. Quand je l’ai découverte, j’ai fait face d’abord, et après je suis partie.

Une citation de :Anne Sinclair, journaliste et autrice

Une pionnière de l’information au féminin

Passé composé revient donc aussi sur le parcours de journaliste qu’Anne Sinclair a commencé dans les années 1970. Une carrière qu’elle a surtout menée à la télévision, alors qu’elle a toujours aimé la radio. 

Ça a été mon premier choc journalistique, ça a été la première fois que j’ai eu envie d’exercer un métier, j’avais 10 ans. Je trouve que la radio est un instrument extraordinaire, où l'on est proche des gens.

Son nom reste rattaché à l’émission 7 sur 7, qu’elle a présentée pendant 13 ans. Elle avait 36 ans quand elle a commencé à animer cette émission, dans laquelle elle a reçu en direct de nombreuses personnalités politiques en tête-à-tête. 

Les deux personnes discutent sur un plateau de télévision.

Anne Sinclair à l'animation de son émission « 7 sur 7 », en entrevue en 1989 avec Jacques Attali.

Photo : Getty Images / AFP / GEORGE BENDRIHEM

Elle a raconté que quand elle a commencé à travailler, les femmes journalistes étaient cantonnées dans des domaines dits féminins, c’est-à-dire la santé, l’éducation, la mode ou la cuisine.

Au départ, c’était assez rare qu’une femme ait affaire à l’information globale, comme les hommes. On pouvait aborder des sujets comme la politique, la politique étrangère, l’économie; des sujets que n’abordaient pas les femmes habituellement.  

L’arrivée de femmes à l’animation d’émissions politiques comme 7 sur 7 ou de téléjournaux a donc constitué une étape importante dans la féminisation de la profession de journaliste. 

Les femmes ne sont pas devenues les égales des hommes dans la hiérarchie journalistique peut-être. En tout cas, sur le terrain, aujourd’hui plus personne ne s’interroge à savoir si l'on envoie un homme ou une femme. Et ça, c’est un acquis majeur de ces 30 dernières années.  

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !