•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des soldats témoignent de paranoïa et de désorientation après avoir mangé des gâteaux

Chelsea Cogswell en uniforme militaire.

Le procès en cour martiale de la bombardière Chelsea Cogswell a débuté mercredi.

Photo :  CBC

Radio-Canada

La militaire canadienne Chelsea Cogswell est accusée d'avoir donné à des artilleurs qui participaient à un exercice d'entraînement avec des munitions réelles en juillet 2018 de petits gâteaux contenant du cannabis sans leur consentement. Cet incident est jugé comme étant risqué a eu lieu durant une activité déjà risquée, selon la procureure.

Le procès de Chelsea Cogswell en cour martiale se déroule dans la base des Forces armées canadiennes à Gagetown, au Nouveau-Brunswick. Les procédures ont commencé mercredi.

Le bombardier Connor Chubry a témoigné qu'il a commencé à ressentir des effets environ 45 minutes après avoir mangé un petit gâteau préparé par Chelsea Cogswell. Au début, il a pensé qu'il était déshydraté, mais il a dit qu'aucune quantité d'eau qu'il a avalée ne l'a aidé.

Il a déclaré qu’il était devenu incohérent, qu'il errait en regardant des arbres pendant son service de sentinelle et qu'il était incapable de se concentrer sur ses tâches.

Connor Chubry a soutenu qu'il avait l'impression d'être drogué, mais qu'il avait des doutes, car il participait à un exercice d'entraînement militaire. Ce n'est que lorsque quelques soldats se sont réunis et ont commencé à comparer leurs symptômes qu'il a pensé que c'était ce qui lui était arrivé.

Selon trois militaires ayant témoigné mercredi, Chelsea Cogswell était responsable de la cantine. Selon leurs témoignages, elle a distribué gratuitement de petits gâteaux juste avant le dîner le 21 juillet 2018. Tous trois ont décrit s'être sentis drogués après en avoir mangé un.

J'ai commencé à me sentir un peu bizarre, comme si je planais.

Une citation de :Dylan Eoll, soldat bombardier

Introduire un risque dans une activité risquée

Huit accusations d'avoir administré une substance nocive à huit soldats, et ce, sans leur consentement, pèsent sur Chelsea Cogswell. Elle est également accusée de s'être comportée de manière scandaleuse et d'avoir commis un acte préjudiciable au bon ordre et à la discipline.

Dans ses propos d'ouverture, la procureure, la major Élisabeth Baby-Cormier, a soutenu que l’accusée avait préparé chez elle, la veille, les petits gâteaux contenant du cannabis.

Selon elle, un certain nombre de personnes qui ont mangé les petits gâteaux ont commencé à ressentir des symptômes de fatigue, d'ivresse, de désorientation et de confusion, tout cela lors d'un exercice de tir réel.

Un tireur d'élite militaire vise une cible avec son fusil.

Un tireur d'élite participant à une compétition entre collègues à la base de soutien de la 5e division canadienne de Gagetown, la même année que l'incident présumé de Chelsea Cogswell.

Photo : La Presse canadienne / Kevin Bissett

Élisabeth Baby-Cormier a déclaré que Cogswell a imprudemment introduit un risque dans une activité déjà intrinsèquement risquée.

Elle a affirmé que l'une des militaires devant témoigner dira qu'elle a pris la décision consciente de ne jamais essayer de drogues de sa vie. Elle dira que le 21 juillet 2018, cette décision lui a été retirée.

La procureur a ajouté qu’un autre soldat témoignerait qu'il était sobre depuis plusieurs années après avoir surmonté une dépendance à la drogue.

Un petit gâteau gratuit

Le bombardier Dylan Eoll a témoigné que Chelsea Cogswell, qu'il a d'abord appelée par son nom de jeune fille, Fraser, lui a offert un petit gâteau lorsqu'il est allé acheter des articles à la cantine.

D’après son témoignage, elle lui avait annoncé qu'elle les avait faits elle-même et qu'ils étaient gratuits. Il les a décrits comme des petits gâteaux au chocolat, avec un glaçage au chocolat surmonté d'un bonbon à la gelée.

Il a expliqué qu'au bout d'une heure il a commencé à se sentir un peu bizarre, comme s'il planait.

Les petites tâches devenaient de plus en plus difficiles à accomplir. Je me sentais léthargique. Je me sentais somnolant. Je n'étais tout simplement pas totalement présent.

Une citation de :Dylan Eoll, soldat bombardier

Il a expliqué qu'il oubliait sans cesse des choses, qu'il ressentait de la paranoïa et qu'il n'était pas complètement cohérent, comme s'il venait de se réveiller. Un autre soldat faisait des erreurs que je ne l'avais jamais vu faire auparavant, a-t-il ajouté.

Plusieurs soldats ont commencé à remarquer des symptômes similaires et ils sont tous arrivés au consensus qu'ils étaient drogués, a déclaré Dylan Eoll. Ils se sont vite concentrés sur les gâteaux, car c'était la seule chose qu'ils avaient tous consommée.

Il a ajouté que l'exercice d'entraînement a été interrompu et qu'ils ont tous été envoyés dans une tente pour récupérer. La police militaire a ouvert une enquête ce jour-là, a affirmé Dylan Eoll.

Élisabeth Baby-Cormier a déclaré que 16 témoins étaient attendus en cour martiale. Deux semaines ont été réservées pour ces procédures.

D’après un reportage de Mia Urquhart de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.