•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La sécheresse met des éleveurs albertains au pied du mur

Des vaches dans un champ albertain.

Certains éleveurs albertains doivent vendre leur bétail en deçà de leur valeur au moment où de nombreux animaux arrivent sur le marché.

Photo : Vincent Bonnay

Radio-Canada

Des éleveurs albertains déjà ébranlés par la pandémie font maintenant face à des conditions de sécheresse qui dévastent les pâturages vitaux et ont un impact financier et émotionnel, au point où certains songent à vendre leur bétail à perte.

La saison estivale n’est pas facile pour les éleveurs des prairies qui font face aux effets de longues périodes de chaleur et d’un manque de pluie.

La situation est d’autant plus frustrante que, selon Bob Lowe, un éleveur et président de la Canadian Cattlemen's Association, 2021 aurait dû être l’occasion de ramener des profits dans l’industrie.

Vous pouvez imaginer dans quel état d’esprit se trouvent les gens, déplore-t-il.

Vendre à perte

Les conditions climatiques difficiles ont poussé des éleveurs de bovins à devoir prendre la difficile décision de vendre leur bétail sur un marché déprécié.

Craig Klemmer, l’économiste agricole principal de Financement agricole Canada, affirme que les conséquences sont visibles dans les enchères des prairies, avec des animaux au poids plus léger arrivant sur le marché plus tôt.

Selon lui, l'obligation de commencer à vendre leur bétail que ressentent certains éleveurs exerce une pression à la baisse sur le prix des animaux reproducteurs.

M. Klemmer dit d’ailleurs avoir vu des paires de vaches et veaux être vendues aux enchères à des prix environ 20 % à 25 % plus bas qu’il y a un an, en partie à cause d'une pénurie d’aliments pour animaux dans le sud de l’Alberta. C’est un déclin plutôt important.

S’ils doivent par la suite racheter du bétail, les éleveurs pourraient avoir à le faire dans un marché en inflation, ce qui leur ajoute encore de la pression financière.

Cette situation survient alors que les éleveurs ne sont toujours pas remis du choc financier causé par des éclosions de COVID-19 dans des usines de transformation de viande qui ont entraîné des arriérés de bétail coûteux l'an dernier.

Plusieurs espéraient que 2021 soit un nouveau départ, mais peu de régions ont eu cette chance.

Émotionnellement, c’est vraiment dur pour de nombreuses personnes, avoue Bob Lowe.

Désastre agricole

Plusieurs zones de la province ont déclaré un désastre agricole. Le comté de Rocky View, dernier en date à l’avoir fait, parle de l’une des pires saisons de récolte depuis longtemps.

Même si la pluie arrivait, les professionnels croient qu'il pourrait déjà être trop tard.

Le plus récent rapport de récoltes albertain, publié en juillet, affirme que plus de 50 % des zones de pâturages de la province ont été notées comme étant mauvaises.

Brad Dubeau, le directeur des Producteurs de bœuf de l’Alberta affirme que les éleveurs font probablement face à l’une des décisions les plus difficiles qu’ils ont dû prendre depuis plusieurs années.

En fonction de la quantité de nourriture qu’ils vont trouver pour les mois d’hiver, ils vont devoir décider s'ils peuvent ou non garder l’ensemble du troupeau des vaches mères sur leur ferme et leur ranch.

La sécheresse rend plus difficile la recherche d'aliments et de foin pour le bétail, et la demande accrue entraîne une hausse des prix. Selon M. Dubeau, les éleveurs américains qui viennent s’approvisionner en aliments pour animaux au Canada n’arrangent pas les choses.

Aide de la province

Il affirme que les producteurs attendent maintenant du soutien de la part du gouvernement. Le week-end dernier, l’organisme s’est entretenu avec le premier ministre Jason Kenney et le ministre de l’Agriculture, Devin Dreeshen.

On a hâte de continuer à négocier sur les aides disponibles pour nos producteurs albertains, note Brad Dubeau.

Le ministre Dreeshen affirme que la province tente de soutenir ses fermiers, notamment en ajoutant des experts en assurance afin que les agriculteurs puissent convertir plus rapidement les cultures marginales en aliments pour le bétail.

La province travaille aussi avec le gouvernement fédéral sur le programme Agri-relance.

Nous avons lancé le projet très tôt et nous espérons pouvoir l'annoncer avant les élections fédérales, avance M. Dreeshen.

Avec des informations de Tony Seskus

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !