•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des pompiers dénoncent des changements au financement de certaines brigades

Plusieurs camions et pompiers le long de la route.

Plusieurs pompiers ont manifesté, mardi, dans la région de Pictou, en Nouvelle-Écosse.

Photo : Gracieuseté de Laura Lynn

Radio-Canada

Des pompiers ont manifesté mardi contre une décision récente du conseil municipal du comté de Pictou. Ce dernier a décidé de réduire de 5 % le financement de 12 services d'incendie ruraux pour redistribuer cet argent à cinq autres. Il a aussi augmenté le prélèvement d'impôt de ces cinq mêmes services.

Des bannières ont été brandies et des klaxons ont retenti mardi durant une manifestation de pompiers.

Selon certains pompiers, dont le lieutenant du service d'incendie du district de Caribou, Robert Langille, ce changement créera un déséquilibre dangereux entre les services d'incendie du comté, notamment ceux de Pictou Landing et de Little Harbour.

La bannière sur une camionnette de pompiers.

Certains services d'incendie ont fait fabriquer des bannières qui portent le message suivant : «Vous nous entendez maintenant?»

Photo : Gracieuseté de Laura Lynn

Travaillez avec nous pour trouver une solution qui permette à tous les services d'incendie ruraux du comté de Pictou d'aller de l'avant.

Une citation de :Robert Langille, un lieutenant du service d'incendie du district de Caribou

Une source de tensions

Depuis deux ans, la distribution des fonds entre les 17 services d'incendie ruraux de la Municipalité du comté de Pictou est un sujet de tensions pour de nombreux pompiers volontaires locaux.

Des stratégies de financement, soumises par les casernes de pompiers du comté, ont été rejetées jusqu'en juin dernier. Le conseil municipal a alors adopté une motion visant à intégrer une proposition du service d'incendie d'Abercrombie.

Cette proposition consistait à réduire de 5 % le financement annuel de la majorité des casernes de pompiers rurales de la municipalité, puis à rediriger cet argent vers cinq autres casernes considérées comme étant sous-financées.

Des camions de pompiers défilent dans une rue rurale.

Certains services d'incendie dépendent toutefois des subventions municipales et des efforts de collecte de fonds.

Photo : Gracieuseté de Laura Lynn

Les services d'incendie ruraux du comté de Pictou sont composés de bénévoles et sont financés principalement par un impôt annuel régional, qui est basée sur un pourcentage de la valeur foncière évaluée.

Robert Langille a été choisi par ses pairs pour parler au nom de ses collègues pompiers qui sont également en désaccord avec la décision du conseil.

Nous sommes préoccupés par le fait que certains de nos contribuables de la collectivité pourraient être contrariés par le fait que l'argent qu'ils versent pour leur lieu de résidence n'est pas réellement dépensé dans cette région. Ce n'est pas comme ça que c'est censé fonctionner.

Une citation de :Robert Langille, lieutenant du service d'incendie du district de Caribou

Un déséquilibre pour les services en zones plus petites

Selon la proposition d'Abercrombie, le prélèvement d'impôt serait augmenté pour appuyer les services d'incendie sous-financés. Pour tous les services, il serait plafonné à 20 ¢ par tranche de 100 $ de l'évaluation, et ce, pendant au moins trois ans.

Robert Langille estime que le plafonnement crée un déséquilibre pour le financement des services d'incendie situés dans des zones géographiques plus petites ou dans des districts moins peuplés.

Avec l'argent récupéré par la municipalité pour être redistribué, on pourrait penser qu'il est possible d'augmenter le prélèvement d'impôt de 0,5 ¢ et de le régler. Ils ont toutefois fait en sorte que ce ne soit pas possible.

Une citation de :Robert Langille, un lieutenant du service d'incendie du district de Caribou

Une décision équitable, selon la Municipalité

Robert Parker, directeur de la Municipalité du comté de Pictou, défend les changements du financement en disant que c'est le travail du conseil de prendre des décisions difficiles.

Je suis convaincu que ce que nous faisons est équitable pour tous les services d'incendie. Nous essayons de faire en sorte que tous les habitants du comté soient protégés de manière adéquate par les services d'incendie et que nos pompiers soient eux-mêmes protégés.

Une citation de :Robert Parker, directeur de la Municipalité du comté de Pictou

Robert Langille ajoute que l'une des propositions avancées, mais rejetées par le conseil, consistait à augmenter l'impôt d'un demi ou d'un quart de cent par an. Cet argent aurait été versé dans un fond d'urgence, dans lequel les services d'incendie ruraux du comté auraient pu puiser.

Il a déclaré que ses collègues en désaccord avec les changements n'abandonneraient pas leurs revendications et qu'ils étaient disposés à travailler avec le conseil municipal afin de trouver une solution.

Ils savent que la question n'est pas réglée à nos yeux. Ils ont proposé une solution, nous ne pensons pas qu'il s'agisse de la solution définitive, et nous aimerions la modifier pour qu'elle convienne à tout le monde, a-t-il affirmé.

Avec les renseignements de Feleshia Chandler de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !