•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Levée des restrictions : Deena Hinshaw s’excuse d’avoir causé « confusion et colère »

Plan épaules de la Dre Deena Hinshaw en conférence de presse.

La médecin hygiéniste en chef de l'Alberta, Deena Hinshaw, a justifié sa décision de lever les dernières restrictions sanitaires de la province dans une lettre envoyée aux médias mercredi.

Photo : La Presse canadienne / Jason Franson

La médecin hygiéniste en chef de l’Alberta, Deena Hinshaw, a présenté ses excuses pour avoir causé « de la confusion, de la peur ou de la colère » en annonçant la levée des mesures sanitaires contre la COVID-19.

Dans une lettre envoyée mercredi, elle affirme que ses mots ont permis à certaines personnes de penser qu’elle considère la pandémie comme terminée.

Deena Hinshaw assure toutefois que ce n'était pas son intention.

Elle ajoute que la levée de mesures comme le dépistage chez les personnes asymptomatiques, l’isolement obligatoire pour les personnes déclarées positives à la COVID-19 et le traçage de leurs contacts rapprochés permettra à la province de se concentrer sur d’autres menaces sanitaires telles que les surdoses d'opioïdes et la syphilis.

D’autres menaces

La Dre Hinshaw soutient que les mesures d’isolement étaient très perturbantes et qu’elles ne sont plus nécessaires grâce à la vaccination.

Elle ajoute que la menace du virus pour les enfants, surtout ceux de moins de 12 ans qui ne sont pas encore admissibles à la vaccination, est faible.

La COVID-19 est un problème pernicieux ; les experts ne s’entendent pas toujours sur la nature exacte du problème, encore moins sur la meilleure approche à adopter. Mais il ne s’agit pas du seul problème auquel nous faisons face, écrit-elle.

En conférence de presse mardi, le premier ministre albertain, Jason Kenney, a dit que la levée des dernières mesures sanitaires était une idée de Deena Hinshaw et qu’il soutenait cette approche.

C’est une approche basée sur la science, a-t-il déclaré.

Des médecins s’opposent

Dans une lettre ouverte mercredi, 10 médecins de l'Association du personnel médical de la zone d'Edmonton affirment que l’Alberta va à l’encontre des recommandations de Santé Canada, des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

La lettre mentionne entre autres la menace que posent le variant Delta et le risque d’une surcharge des unités de soins intensifs pédiatriques et pour adultes.

Nous nous inquiétons de la rapidité de ces changements et du fait que vous n’ayez fourni aucune donnée scientifique aux Albertains pour justifier ces actions sans précédent, indiquent les médecins.

Il y a des vagues de variant de la COVID-19 à répétition qui se déplacent dans le monde et nous n’avons pas atteint un état sécuritaire avec un niveau de présence bas et constant du virus dans la communauté, ajoutent-ils.

L’urgentologue calgarien Joe Vipond pense lui aussi que la province fait fausse route.

Il y a des problèmes de logique. Elle n’utilise pas les informations courantes, notamment en ce qui concerne le variant Delta et le nombre d’enfants malades aux États-Unis en ce moment. [...] On ne sait pas vraiment si les enfants vont être en sécurité avec cette politique, dit-il.

Les cas en augmentation

Mercredi, l’Alberta a annoncé 206 nouveaux cas de COVID-19 et aucun décès supplémentaire.

L’Alberta compte 2282 cas actifs de COVID-19, soit 106 de plus que mardi.

Actuellement, 97 personnes sont hospitalisées en raison de la maladie, soit 7 de plus que la veille. Parmi celles-ci, 23 se trouvent aux soins intensifs.

Jusqu’à maintenant, 76,1 % des Albertains admissibles ont reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19, et 66 % sont pleinement vaccinés.

Avec les informations de La Presse canadienne et Thomas Laberge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !