•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une résidence pour personnes âgées de Sherbrooke ferme ses portes

La Villa du Roy.

La Villa du Roy ferme ses portes en raison de la pénurie de main-d'œuvre, du manque de financement et de la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Arianne Béland

Radio-Canada

Une vingtaine de personnes âgées de Sherbrooke devront se reloger d'ici la fin du mois. Leur résidence, la Villa du Roy, ferme ses portes en raison de la pénurie de main-d'œuvre, du manque de financement et de la pandémie.

En fin de compte, c'est un épuisement professionnel qui m'a amenée à prendre la décision. On court continuellement après la main-d'œuvre , se désole Christiane Guay, la copropriétaire de la résidence.

En plus de ses tâches de gestionnaire, Mme Guay devait aussi agir à titre de cuisinière, de préposée et de soutien psychologique, et ce, en pleine pandémie. La décision de fermer a tout de même été très difficile, indique-t-elle, en soulignant la vague de solidarité qu’elle a reçue pendant la pandémie.

Des travailleurs sociaux évaluent présentement les besoins des aînés pour qu'ils soient relogés selon leurs besoins. Les proches aidants, eux, viennent prêter main-forte.

Je pense que les petites résidences privées méritent mieux. Elles devraient avoir plus de soutien financier, entre autres, croit Louise Daigle, la sœur d’un résident. 

Les résidents sont perdants et les propriétaires de résidences aussi, car ce sont des gens généreux, des gens dévoués, qui ont leurs résidents à cœur.

Une citation de :Louise Daigle, la sœur d’un résident de la Villa du Roy

De nombreuses fermetures dans la province

Au cours des cinq dernières années, 450 résidences ont fermé leurs portes dans la province, dont la majorité est constituée de petites résidences de moins de 50 unités. Cette tendance inquiète le Regroupement québécois des résidences pour aînés.

Il y a presque quatre résidences par semaine qui ferment, et on reçoit beaucoup d'informations de la part de nos membres qui sont vraiment à bout, et ils ne voient pas d'autres solutions que de mettre la clé sous la porte. C’est extrêmement malheureux, indique Yves Desjardins, le président-directeur général du Regroupement.

Plusieurs résidents de la Villa du Roy ne savent toujours pas où ils iront vivre, déplore Christiane Guay.

Il manque quelque chose dans le système, et c'est à ça que je vais penser quand je vais pouvoir me reposer. Je pense qu'il y a des actions concrètes qui vont devoir être posées, et ce n'est pas les maisons pour aînés qui s’en viennent qui vont régler la situation. Les petites places, on en a besoin.

Une fois la tempête passée, Mme Guay compte se battre pour que les résidences privées pour aînés (RPA) soient mieux soutenues.

Avec les informations d’Arianne Béland

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !