•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La création du NPD au fédéral, un changement historique pour le Canada

Tommy Douglas en entrevue.

Tommy Douglas, d'abord premier ministre de la Saskatchewan, quitte la politique provinciale pour devenir le chef du Nouveau Parti démocratique à Ottawa. (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Du 31 juillet au 4 août 1961, le paysage politique canadien s'est modernisé avec la création d’un nouveau joueur, soit le Nouveau Parti démocratique (NPD).

D'abord premier ministre de la Saskatchewan entre 1944 et 1961, Tommy Douglas devient ainsi le chef de cette nouvelle formation politique.

C’était un congrès historique. Le Co-operative Commonwealth Federation (CCF) a fondé un nouveau parti. La Saskatchewan avait alors un poids énorme avec Tommy Douglas et les quelques 295 délégués au congrès,

Une citation de :André Lamoureux, politologue et chargé de cours à l’Université du Québec à Montréal

En Saskatchewan, Tommy Douglas avait fait adopter une série de réformes, dont la plus importante est l’assurance maladie. Ce sera d'ailleurs cette dernière qui inspirera le gouvernement fédéral canadien au milieu des années 1960.

L’idée initiale, c’était d’avoir un parti politique issu du mouvement ouvrier et ainsi offrir une autre option à la fois contre les conservateurs que contre les libéraux, explique le politologue. [Ils voulaient transformer] ce mouvement en action politique.

Le professeur émérite en histoire à l’Université de Regina, Stephen Kenny, ajoute qu’il reste étonné que Tommy Douglas se soit rendu à Ottawa.

Ça m’a toujours surpris que Tommy Douglas ait décidé de devenir chef fédéral alors que la Saskatchewan s’engageait dans la bataille pour l’assurance maladie universelle, se souvient-il.

Un rêve de social-démocratie

Lorne Nystrom, un Saskatchewanais, n’avait que 15 ans lors de la création du NPD sur la scène fédérale.

Il y avait beaucoup d’optimisme en Amérique du Nord lors du congrès de fondation du parti. Tommy Douglas dirigeait le mouvement dans le sillage de Martin Luther King Jr et de John F. Kennedy, se souvient-il.

Député néo-démocrate de Yorkton-Melville de 1968 à 1993 et de Regina-Qu’Appelle de 1997 à 2004, M. Nystrom a été au coeur des discussions à la Chambre des communes dès son arrivée.

C’était un rêve de social-démocratie. On travaillait ensemble, le mouvement des travailleurs, les fermiers et les progressifs, comme parti politique au Canada.

Une citation de :Lorne Nystrom, député néo-démocrate de 1968 à 1993 et de 1997 à 2004

Soixante ans plus tard, Lorne Nystrom constate qu’il est difficile de tracer un portrait de son parti.

Nous avons fait de grands changements pendant l'époque de Pierre-Elliot Trudeau avec l'assurance maladie et les fonds de pension. Et même aujourd'hui, c'est Jagmeet Singh qui a poussé le Parti libéral du Canada à adopter la Prestation canadienne d’urgence, conclut-il.

Une troisième voix depuis 60 ans

La fondation du Nouveau Parti démocratique au Canada en 1961 va changer le paysage politique au pays.

Le professeur titulaire du département d'histoire de l'Université d'Ottawa, Michel Bock, croit même que cette nouvelle voix a permis une diversité politique et idéologique telle qu’on la connaît aujourd'hui.

Même constat pour le politologue André Lamoureux de l’Université du Québec à Montréal qui admet toutefois que les succès d’antan ont aujourd'hui fait place à l’amertume.

En 1961, les éditoriaux parlaient d’un coup de tonnerre et d'une révolution, explique M. Lamoureux. Il y a eu des succès avec des gouvernements néo-démocrates en Saskatchewan, en Colombie-Britannique et ailleurs. Mais depuis, il n'y a eu que très peu de succès.

Avec les informations de Katia St-Jean et Geneviève Patterson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !