•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des professeurs de l'Université Western y exigent la vaccination obligatoire

Les trois professeurs de l'Université Western de London

Les professeurs de l'Université Western Adrian Owen, Paul Gribble et Macro Prado disent que sans mandat de vaccination à l'échelle du campus, ils pourraient refuser de donner leur enseignement en présentiel.

Photo : Soumises par les profs.

Radio-Canada

Certains professeurs de l’Université Western affirment que sans un mandat de vaccination à l’échelle du campus, ils ne reviendront pas à l’enseignement en classe si les cas de COVID-19 reprennent dans la communauté.

J’ai dit très clairement que je n’irai pas sur le campus tant que le personnel, les étudiants et les professeurs ne seront pas obligés de se faire vacciner. J’adopte cette position exactement pour la même raison que celle qui m’a poussé à me faire vacciner. Pour protéger notre communauté et pour faire la moindre des choses que je puisse faire pour mettre fin à cette pandémie , a déclaré Adrian Owen, professeur de médecine et neuroscientifique de renommée mondiale.

Il s’insurge contre le fait que son université avait déclaré le mois dernier qu’elle ne mettrait pas en œuvre une politique de vaccination à l’échelle du campus.

Professeur Adrian Owen au laboratoire

Adrian Owen dit qu'il retournera sur le campus pour diriger son laboratoire, mais uniquement parce que les 12 étudiants du groupe lui ont dit qu'ils étaient vaccinés.

Photo : Soumise par Adrian Owen

M. Owen affirme que toutes les recherches scientifiques indiquent que le vaccin est la solution pour éradiquer la COVID-19. Pour lui donc, seul un mandat de vaccination obligatoire sera la solution.

Des centaines d’établissements postsecondaires aux États-Unis et ailleurs dans le monde ont pris la décision de suivre les avis scientifiques , a-t-il ajouté en faisant allusion au Collège Seneca, qui exige la vaccination obligatoire sur ses campus.

Pour le professeur Marco Prado, du département de physiologie et de pharmacologie, le retour à temps plein sur le campus sera une décision de dernière minute.

Je m’inquiète de la COVID-19 et je m’inquiète d’être dans une salle avec 450 étudiants sans savoir s’ils sont vaccinés ou non. Si je vois des risques pour ma santé et ma communauté, je dirai non à un retour complet sur le campus , a-t-il mentionné.

Le président de l’Association des professeurs de l’Université Western Ontario (UWOFA), Nigmendra Narain, a déclaré dans un communiqué envoyé par courriel que l’Université a le droit de déterminer les conditions de travail.

L’UWOFA utilise tous les outils à sa disposition pour faire pression sur l’Université afin qu’elle prenne la bonne décision et exige que tous les étudiants et le personnel soient entièrement vaccinés contre la COVID-19 , a déclaré M. Narain.

Examiner toutes les options

Paul Gribble, professeur de psychologie qui a la charge d’enseigner 40 étudiants de troisième cycle, s’inquiète du fait que sans connaître le statut vaccinal de ses étudiants, il ne pourra pas assurer la sécurité de sa fille à la maison. Il dit examiner toutes les options avant de s’engager en présentiel.

M. Gribble est préoccupé par le fait que l'université située à London ne saisisse pas l’occasion pour faire mieux.

Je vois cela comme une occasion pour l’Université Western de s’affirmer et d’être un leader, de faire ce qui est juste et de défendre ce choix, plutôt que de faire ce qui est facile et de croiser les doigts pour que tout aille bien.

Contactée à ce propos par la CBC News, l’Université Western n’a pas encore répondu.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !