•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : des Albertains ne peuvent pas voyager en raison du vaccin qu'ils ont reçu

Une fiole du vaccin Covishield, une version du vaccin d’AstraZeneca.

Certains pays ne reconnaissent pas le vaccin Covishield, une version du vaccin d’AstraZeneca fabriquée par le Serum Institute of India.

Photo :  CBC / Jeff Stapleton

Radio-Canada

Avec l’assouplissement des restrictions sanitaires en Alberta et à travers le monde, nombreux sont ceux qui espèrent bientôt pouvoir s’envoler vers leur destination préférée. Des Albertains ayant reçu deux doses de vaccins différents ou le vaccin Covishield, une version du vaccin d’AstraZeneca fabriquée par le Serum Institute of India, doivent cependant annuler leurs projets parce que certains pays n’acceptent pas le mélange des vaccins ni la version indienne du vaccin d’AstraZeneca.

Allison Wilson et 40 membres de sa famille et des amis, tous Albertains, avaient prévu de s’envoler vers l'Europe en septembre, avec pour projet, entre autres, de faire une croisière en Croatie. Avant de faire le dernier paiement pour réserver l’excursion, Allison Wilson a décidé de vérifier une dernière fois les exigences des pays qu'ils comptaient visiter en matière d’immunisation.

Elle s’est alors rendu compte que certains pays de l'Union européenne ne reconnaissent pas le vaccin Covishield.

Le problème est que 9 membres de sa famille ont reçu ce vaccin.

Allison Wilson a donc décidé d’annuler son voyage.

Nous avons fait tout le nécessaire pour pouvoir voyager, déplore-t-elle.

On nous avait dit de prendre le premier vaccin disponible, qui était AstraZeneca. On nous avait dit qu’on pouvait mélanger les vaccins. C’est très frustrant d’avoir fait tout ce qu’il fallait, d’avoir écouté [les autorités] et d’être puni pour cela, dit-elle.

Allison Wilson affirme que sa famille et elle ont perdu des milliers de dollars en billets d’avion auprès de compagnies aériennes européennes parce que leurs crédits de voyage sont maintenant expirés.

Des centaines de milliers de personnes potentiellement touchées

Selon le ministère albertain de la Santé, la province a distribué 294 206 doses du vaccin Covishield, dont 258 267 premières doses et 35 939 doses de rappel.

La propriétaire de l’agence de voyages Sundial Travel, Gayle White, dit que les restrictions sanitaires et en matière d’immunisation à travers le monde changent quotidiennement.

Peu de personnes ayant reçu différents vaccins m’ont appelée pour organiser des voyages à l’étranger. Je pense que ces personnes attendent parce que les pays modifient leurs règlements quotidiennement, explique l’agente de voyages de Calgary.

Pas de troisième dose en Alberta

Le mois dernier, le Québec a annoncé qu’il offrirait une troisième dose de vaccin contre la COVID-19 aux voyageurs si celles reçues au Canada ne sont pas reconnues dans le pays où ils souhaitent se rendre.

Le ministre albertain de la Santé, Tyler Shandro, dit cependant qu’aucune décision n’a été prise pour le moment à cet égard par la province.

Nous priorisons la vaccination pour les personnes qui n’ont pas terminé leur immunisation. Avec la pénurie, il serait inapproprié d’offrir une dose de vaccin supplémentaire aux personnes qui ont déjà reçu deux doses et qui veulent voyager, alors que tant d’autres attendent toujours de recevoir une première dose, affirme un porte-parole du ministère de la Santé albertain dans un courriel.

Pour le moment, Santé Canada ne recommande pas de troisième dose et continue d’encourager les Canadiens à éviter les voyages non essentiels.

Responsabilité des voyageurs

Allison Wilson dit pour sa part être déconcertée par les règlements entourant les voyages à l’étranger et déplore qu’ils n’aient pas été communiqués aux voyageurs.

Elle dit avoir pris connaissance des exigences de l’Europe à travers un article de presse.

Les compagnies aériennes, le gouvernement et les gens qui administrent les vaccins ne nous ont informés de rien, déplore-t-elle.

Je ne veux pas que cela arrive à d’autres gens. Je ne veux pas que quelqu’un prenne l’avion et se fasse renvoyer chez lui après être arrivé à destination, ajoute-t-elle.

Les clients ont la responsabilité de comprendre et de répondre aux exigences des destinations vers lesquelles ils voyagent , affirme Air Canada.

Le site du gouvernement albertain recommande quant à lui aux voyageurs de vérifier les politiques du pays, de l'État, du gouvernement local, de la ligne de croisière, du lieu et de l'événement avant de voyager.

La croisière d’Allison Wilson en Croatie a pour le moment été reportée à l’été prochain. D’ici là, elle espère que les règles pour les voyageurs étrangers seront plus claires.

Avec les informations de Carla Minogue

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !