•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le lac Florentien de nouveau ouvert aux pêcheurs pendant trois jours

Des ombles de fontaine, aussi appelées truites mouchetées, sur le point de quitter la station piscicole de Lac-des-Écorces pour être ensemencées dans des lacs du Québec

Des ombles de fontaine, aussi appelées truites mouchetées (archives)

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

La pêche à l’omble de fontaine sera de nouveau permise sur le lac Florentien de Val-d’Or pendant trois jours, de vendredi à dimanche.

Ce plan d’eau a eu droit à un programme de restauration à compter de 2010, mais il a dû être fermé depuis 2018 en raison de sa trop grande popularité, après sa réouverture pendant deux ans.

Tout comme l’été dernier, le ministère de la Faune et ses partenaires organisent une activité limitée de pêche pour permettre aux amateurs de taquiner la truite mouchetée, un poisson plus rare dans la région.

Jacques Cormier, président de l’Association de chasse et pêche de Val-d’Or, explique que les pêcheurs seront les bienvenus à compter de vendredi, mais la situation de ce lac demeure fragile.

La fermeture pendant deux ans a permis au lac de se ressourcer par lui-même et de refaire ses stocks, mais c’est évident que l’engouement des gens est plus grand que ce que la capacité du lac peut soutenir, souligne-t-il. L’an dernier, on a accueilli 600 personnes au cours des trois jours de pêche et il s’est sorti deux fois et demie plus de poissons que la capacité du lac. Il faut faire attention, sinon ça sera épuisé dans trois ou quatre ans.

Pour tenter de contrôler davantage la situation, les pêcheurs sont invités à se présenter à une seule reprise au cours de la fin de semaine. Ils auront une limite quotidienne de trois prises et ils ne pourront remettre des poissons à l’eau.

D’autres mesures pour protéger le lac seront appliquées, comme le lavage des embarcations et l’invitation à utiliser des moteurs électriques ou des rames.

On demande gentiment aux pêcheurs de nous aider à sauver le lac et garder ça le fun, ajoute Jacques Cormier. La majorité des visiteurs l’an passé sont venus en famille, ce qui est excellent pour la relève. On a un bijou et on doit multiplier les efforts d‘information pour qu’on puisse y avoir du plaisir pour les prochaines années.

Tous les poissons qui seront pêchés au cours de la fin de semaine devront être enregistrés et une analyse sera effectuée d’ici la fin de l’année, afin de mieux cerner l’état du lac et la pertinence d’y ouvrir à nouveau une pêche limitée l’an prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !