•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’augmentation du loyer, « quatre fois plus importante que l’inflation en 2020 »

Une série de balcons d'appartements.

Selon Ricardo Tranjan, les gouvernements ont arrêté d'investir dans les immeubles abordables dans les années 1990. (archives)

Photo : Autre banques d'images / Guy Leblanc

Radio-Canada

Il n'y pas seulement Ottawa, Montréal, Vancouver ou Toronto qui ont vu leurs loyers résidentiels augmenter au cours de l’année 2020. Les villes de Regina et de Saskatoon font également partie de la liste.

Selon l’économiste et chercheur principal au Centre canadien de politiques alternatives Ricardo Tranjan, les loyers saskatchewanais ont subi une hausse de 3 % au cours de la dernière année.

C'est quatre fois plus que l'inflation pendant l'année 2020, souligne-t-il.

Il ajoute cependant que les villes saskatchewanaises ont été moins touchées par la flambée des prix que les autres grandes villes canadiennes.

Ricardo Tranjan rappelle que les prix sont à la dérive depuis des décennies.

Les gouvernements ont arrêté d'investir dans les immeubles abordables dans les années 90, explique-t-il. Il y a moins de contrôle sur le loyer partout dans le pays.

L’expert en économie ajoute que, malgré la stratégie nationale sur le logement qui a été créée en 2017, les effets positifs se font toujours attendre.

Exode des centres urbains

Ricardo Tranjan croit que ce manque d’investissements est l'une des raisons de l’exode des grands centres vers les banlieues.

Il donne l'exemple la ville de Toronto où une personne qui accepte un emploi au centre-ville peut garder sa maison de Guelph, de Hamilton ou même de Peterborough, toutes à plus d'une heure de route, et faire l’aller-retour quotidiennement.

Et là, la question devient : est-ce que je dois payer mon employé pour qu'il déménage à Toronto?, explique-t-il.

Les grands déplacements entre les lieux de travail et la maison laissent croire à l’expert en économie qu’il y a un stress supplémentaire pour les familles, de la fatigue, une perte de qualité de vie et même une augmentation des dépressions ou des démissions.

Avec les informations de Nicolas Duny

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !