•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le niveau d’activités chirurgicales redescend en Mauricie et au Centre-du-Québec

Le chirurgien ramasse un instrument chirurgical sur le plateau.

Le reportage de Magalie Masson

Photo : Getty Images / Morsa Images

Radio-Canada

Depuis quelques semaines, les centres hospitaliers du Québec sont en mode rattrapage des chirurgies, mais la pente semble longue à remonter en Mauricie et au Centre-du-Québec.

Selon les données les plus récentes du ministère de la Santé, à la mi-juillet, le niveau d'activités chirurgicales était de 68 % dans la région, ce qui est 10 points de pourcentage sous la moyenne provinciale.

En juin, ce taux était de 80 % en Mauricie et au Centre-du-Québec, alors que la moyenne provinciale était de 100 %.

Déjà que la région tire de l'arrière, le nombre de chirurgies a, en plus, diminué ces dernières semaines. Nous avons commencé à diminuer graduellement, depuis la fin juin, les activités chirurgicales de l’établissement en raison de la période estivale, comme ça se fait habituellement chaque année dans tous les établissements au Québec, indique le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ).

Au Centre hospitalier affilié universitaire régional (CHAUR) à Trois-Rivières, seule la moitié des salles d'opération seraient occupées, soit entre 7 et 9 salles sur 14, selon le Syndicat des professionnelles en soins de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Le ralentissement est notamment dû au manque criant de main-d'œuvre, selon la vice-présidente Jacynthe Bruneau.

C'est sûr que durant la période estivale, chaque année, on observe un certain ralentissement, mais jamais comme cette année.

Une citation de :Jacynthe Bruneau, vice-présidente du Syndicat des professionnelles en soins de la Mauricie et du Centre-du-Québec

De plus, il y aurait plus d’accouchements qu’à l’habitude, selon le syndicat. Il y a eu 127 naissances de plus [cette année entre janvier et juillet comparativement à] la même période l'an dernier, donc ça veut dire également des césariennes qui se font au bloc opératoire, affirme Jacynthe Bruneau.

Au mois de juin, le gouvernement du Québec annonçait vouloir retrouver un niveau d'activité chirurgicale semblable à celui d'avant la pandémie d'ici octobre 2021. Cet objectif n'est pas réaliste, croit la représentante syndicale, surtout si le nombre de cas de COVID-19 continue d'augmenter dans la région.

L’objectif poursuivi par le ministère de la Santé et des Services sociaux est une reprise graduelle des activités jusqu’à du 100 % d’ici l’automne 2021. Et nous y travaillons en fonction de nos capacités.

Une citation de :CIUSSS MCQ

Par ailleurs, des patients remarquent aussi des ralentissements avant même l'étape des chirurgies. C'est le cas d'une Trifluvienne aux prises avec des problèmes gastriques qui a préféré garder l'anonymat par crainte de représailles. Après avoir attendu plusieurs heures à l'urgence pour une gastroscopie et une coloscopie depuis le mois de mars, les professionnelles lui auraient dit qu'elle pourrait passer des examens d'ici 3 ans. D'ici là, des médicaments lui sont prescrits pour soulager des maux qui ne sont pas encore diagnostiqués.

Avec les informations de Magalie Masson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !