•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La grève des employés de Vale prend fin après deux mois de conflit

Cinq travailleurs en grève de la minière Vale font des signes aux automobilistes qui roulent devant leurs piquets de faire du bruit avec leur klaxon.

La grève de la minière Vale a duré 2 mois. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Ezra Belotte-Cousineau

Radio-Canada

Les membres du syndicat des employés de la minière Vale ont ratifié une entente collective mardi soir, mettant ainsi fin à deux mois de grève. Les employés seront de retour au travail lundi prochain.

Les membres de la section locale 6500 des Métallos, le syndicat qui représente les employés de Vale, ont voté à 85 % en faveur de cette nouvelle entente de cinq ans.

L’entente, qui est entrée en vigueur dès sa ratification, était la 3e offre à être présentée aux employés de Vale.

Ça n'a pas été facile. Nos membres ont dû faire la grève. La valeur des métaux nous a aidés, mais on n'aurait rien pu accomplir sans le support de la communauté. C'est un effort de toute la ville, affirme Pascal Boucher, représentant syndical du Syndicat des Métallos, dont les employés de Vale à Sudbury sont membre.

Pascal Boucher et Nick Larochelle à une table dans les locaux du Syndicat des Métallos.

Pascal Boucher, à droite, rappelle que le principal point de tension de la grève était les prestations de santé à la retraite pour les nouveaux employés, que Vale voulait couper. Elles seront finalement maintenues.

Photo : Radio-Canada / Zacharie Routhier

Dans une lettre envoyée par l’équipe de négociation hier, les membres du syndicat ont unanimement recommandé la ratification de cette dernière offre patronale.

Celle-ci comprend des concessions de la part de Vale sur des enjeux clés tels que les augmentations salariales, l’accès au prestations de santé à la retraite, et le maintien du régime d’assurance pour les médicaments sans ordonnance.

C'était la 4e grève de Gilles Imbeau depuis qu'il travaille pour Vale. Selon lui, les employés étaient très contents avec la dernière offre de Vale.

Un homme regarde la caméra.

Gilles Imbeau en est à sa 4e grève chez Vale.

Photo : Radio-Canada / Zacharie Routhier

Les gens sont encouragés et ils veulent retourner à l'ouvrage, dit-il.

Cette année, il a fait la grève pour la prochaine génération de travailleurs, et il espère que ce sera sa dernière.

Les deux derniers mois ont été difficiles pour tout le monde , admet Dino Otranto, le directeur de l'exploitation des Opérations de l'Atlantique Nord de Vale.

Nous sommes heureux que l'entreprise et le syndicat aient pu trouver un terrain d'entente et une voie à suivre. Nous sommes impatients d'accueillir à nouveau tout le monde, ajoute-t-il.

Les mines de Vale dans le Grand Sudbury produisent du nickel, du cuivre et du cobalt; des métaux essentiels pour la transition énergétique.

La compagnie souligne l'importance de ces minéraux pour les batteries des véhicules électriques.

La Ville félicite les travailleurs et Vale

Dans un communiqué publié mercredi en fin de journée, le maire de la Ville du Grand Sudbury, Brian Bigger, a salué l'entente conclue entre Vale et ses employés.

Vale est un membre essentiel de notre communauté et ses opérations de Sudbury comptent parmi les plus importantes opérations minières intégrées au monde. Parmi les personnes qui travaillent au service de Vale, notons des membres de nos familles, nos amis et nos voisins, dit-il.

C’est un grand soulagement pour les deux parties d’avoir pu se réunir, tenir un dialogue constructif et conclure une convention favorable aux deux parties. Je leur souhaite un succès continu dans toutes leurs activités futures, conclut le maire du Grand Sudbury.

Avec les informations de Zacharie Routhier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !