•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 30 septembre sera une journée de commémoration, vérité et réconciliation en C.-B.

Une affiche posée devant l'ancien pensionnat pour Autochtones à Kamloops indique : « nous n'oublierons jamais».

« Nous n'oublierons jamais», lit-on sur une affiche posée devant l'ancien pensionnat pour Autochtones à Kamloops.

Photo : Radio-Canada / Alex Lamic

Le 30 septembre, la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation créée par Ottawa, sera une journée de commémoration en Colombie-Britannique.

Le ministre des Relations autochtones et de la Réconciliation, Murray Rankin, et la ministre des Finances, Selina Robinson, estiment qu’au cours des deux derniers mois, les Canadiens ont accepté ce que les survivants des pensionnats ont toujours su. Les peuples autochtones mettent en lumière la véritable histoire de ce pays et les atrocités du système des pensionnats.

Dans leur communiqué de presse conjoint, les deux ministres disent partager le chagrin, la douleur et l'indignation des Autochtones. Plus que jamais, poursuivent-ils, il est nécessaire d'écouter et d'en apprendre davantage sur l'histoire coloniale de la Colombie-Britannique et de rechercher la vérité, la justice et la réconciliation.

Autant le gouvernement que les Britanno-Colombiens non autochtones ont un rôle à jouer dans ce processus, soulignent-ils.

Evelyn Camille et Leona Thomas se prennent dans les bras.

Evelyn Camille (à gauche) et Leona Thomas (à droite) ont témoigné, le 15 juillet, de leur expérience au pensionnat pour Autochtones de Kamloops.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

La date du 30 septembre pour célébrer la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation n’a pas été choisie au hasard puisqu’elle a été pendant des années celle du chandail orange.

Lors de cette journée, le gouvernement fédéral entend commémorer l'histoire et les traumatismes continus causés par les pensionnats et honorer ceux qui sont disparus ainsi que les survivants, les familles et les communautés qui continuent de pleurer.

Comment commémorer cette journée en Colombie-Britannique?

Victoria affirme que la province trouvera, avec l’aide de dirigeants, d'organisations et de communautés autochtones les moyens de marquer la Journée de la vérité et de la réconciliation en Colombie-Britannique.

Par ailleurs, le milieu des affaires et du travail fera également partie de la réflexion sur la manière dont cette journée sera soulignée dans les années à venir.

La fête nationale sera célébrée ce 30 septembre par les employés fédéraux et les travailleurs des lieux de travail sous réglementation fédérale. Du côté provincial, la déclaration indique qu’il sera conseillé aux employeurs du secteur public d'honorer cette journée.

Les ministres Rankin et Robinson affirment néanmoins que de nombreux services publics resteront ouverts, mais qu’ils pourraient fonctionner selon des horaires réduits. Cependant, la plupart des écoles, des établissements postsecondaires, certains lieux de travail du secteur de la santé et des sociétés d'État seront fermés.

Le 30 septembre sera une occasion pour réfléchir à ce que chacun d'entre nous peut faire en tant qu'individu afin de faire avancer la réconciliation avec les peuples autochtones et (...) de contribuer à créer une Colombie-Britannique meilleure et plus inclusive, espèrent Murray Rankin et Selina Robinson.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !