•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Reconstruire le droit autochtone, le projet d'une communauté en Colombie-Britannique

Une plume dans un poing fermé.

La revitalisation de la loi secwépemc permettra à la Première Nation Shuswap de se reconstruire, soutient son chef, Kukpi7 Wayne Christian.

Photo : The Canadian Press / Darryl Dyck

La Première Nation Shuswap, près de Kamloops, en Colombie-Britannique, lance un projet de reconstruction de ses pratiques juridiques en collaboration avec l’Université de Victoria afin de revitaliser le droit autochtone auprès de sa population.

Le projet, nommé Revitaliser la loi secwépemc par la mise en œuvre et l’avancement de nos pratiques juridiques autochtones, se veut une manière de replonger dans le savoir juridique traditionnel en lien notamment avec la terre, les ressources naturelles et la citoyenneté.

Des ateliers, de la formation et des séances d’informations seront mis en place en partenariat avec le département de recherche en droit autochtone de l’Université de Victoria. Une base de données en ligne sera créée pour stocker et rendre plus accessible ces lois autochtones.

Selon le chef de la nation Shuswap, Kukpi7 Wayne Christian, il s’agit d’un processus de reconstruction plutôt que de revitalisation du droit, puisque celui-ci existait bien avant la colonisation.

Nous avions des tribunaux, nos propres prisons, nous avions notre police et nos manières d’administrer une peine jusqu’à l’imposition de la loi des blancs et tout ça nous a été enlevé, souligne-t-il.

Il ajoute que les pensionnats pour Autochtones sont en partie à l'origine de la destruction du système judiciaire autochtone.

Lorsque nos enfants ont été pris, tout a été pris. Notre langue, nos lois, nos terres, tout. Aidons-les à se reconstruire en tant que peuple.

Une citation de :Kukpi7 Wayne Christian

Ottawa financera le projet avec une enveloppe de 500 000 $ étalée sur trois ans. Le ministre fédéral de la Justice, David Lametti, rappelle que le maintien et le financement du droit autochtone s’inscrivent dans les recommandations de la Commission de vérité et réconciliation.

Il est très important que nous permettions à ces systèmes judiciaires, qui existent depuis des temps immémoriaux, de s’épanouir à nouveau, dit-il en ajoutant qu’il s’agit de la seule manière d’atteindre une véritable justice au pays.

Les lois traditionnelles sont profondément ancrées dans les institutions sociales, politiques, économiques et spirituelles des Premières Nations. Même si ces lois ne sont pas nécessairement codifiées ou écrites comme les lois européennes, elles sont tout autant valides et légitimes, indique de son côté le député de la circonscription de West Vancouver-Sunshine Coast-Sea to Sky, Patrick Weiler, également présent lors de l’annonce.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !