•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Climat Québec devient officiellement un parti politique

Une femme en veston se tient devant un lac.

Climat Québec, la nouvelle formation politique fondée par l'ancienne ministre péquiste Martine Ouellet, devient officiellement un parti.

Photo : Facebook / Martine Ouellet

Climat Québec est, depuis lundi, un parti politique dûment autorisé par le directeur général des élections du Québec (DGEQ). Sa direction a déposé les 100 signatures de membres en règle et les 500 $ nécessaires pour que la formation soit officiellement reconnue auprès du DGEQ.

On est très motivés. Vous allez voir, on va changer le portrait politique au Québec.

Une citation de :Martine Ouellet, cheffe de Climat Québec

En mai dernier, l'ancienne ministre péquiste et ex-cheffe du Bloc québécois avait annoncé la fondation de cette nouvelle formation politique indépendantiste qui mettra la crise climatique au cœur de son programme.

Deux éléments qui ne sont pas négociables, prévient Mme Ouellet. Tous les membres doivent appuyer sans détour la création de la république du Québec dans un premier mandat pour se donner les moyens de lutter pour la justice climatique. Ces deux dossiers sont indissociables, dit-elle.

Elle ne veut pas que son nouveau mouvement politique soit aux prises avec les mêmes débats qu'a traversés le Parti québécois (PQ). Les débats stériles comme j'ai déjà vécus dans le passé, de remettre en question les articles premiers des partis, je pense que ce n'est pas très constructif et on ne s'alignera pas dans ce genre de discussions, affirme la politicienne qui s'est portée candidate à deux reprises à la direction du PQ.

Martine Ouellet croit être en mesure de se distinguer des deux autres formations indépendantistes, Québec solidaire et le PQ. C'est complètement différent, avance-t-elle. Climat Québec est un parti indépendantiste dédié à la clause du climat. D'avoir un onglet environnement dans le programme d'un parti, c'est très bien, mais on l'a vu jusqu'à maintenant, ça ne fait pas le travail.

La femme de 52 ans mise sur les électeurs qui se sentent abandonnés et sur les militants déçus des autres partis. Il y a 35 % de la population qui n'est pas allée voter à l'élection de 2018. Il y a un très grand vide politique actuel, et nous, c'est ce qu'on essaie de cibler, ces gens qui ont été désillusionnés, résume Mme Ouellet.

Pour l'instant, la cheffe affirme que son parti attire déjà plusieurs centaines de membres, sans vouloir en préciser le nombre exact.

Congrès de fondation en novembre

Maintenant que le parti est officiellement inscrit au DGEQ, la prochaine étape sera de tenir une première grande réunion avec les membres. Ce congrès de fondation devrait avoir lieu en novembre.

En attendant, la priorité sera le financement du parti qui compte présenter des candidats dans les 125 circonscriptions électorales du Québec lors du scrutin général de 2022. Maintenant qu'on a l'autorisation du DGEQ, l'organisation de la campagne va se mettre en branle parce que, pour présenter 125 candidats partout au Québec, ça va nous prendre du financement, explique la cheffe.

Au chapitre du recrutement de candidats, Martine Ouellet n'entend pas faire de maraudage auprès d'élus de l'Assemblée nationale. Je ne suis pas du tout dans cette dynamique d'amener des gens qui sont déjà dans un parti politique ailleurs. Ils ont une appartenance à un parti politique et c'est tout à fait légitime de leur part, conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !