•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les manifestations contre la levée des mesures sanitaires se poursuivent en Alberta

L’Alberta est une des premières provinces au pays à lever l'obligation d'isolement obligatoire pour les personnes souffrant de la COVID-19.

Des manifestants écoutent un discours.

Plus d'une centaine de personnes étaient rassemblées mardi devant l'Assemblée législative de l'Alberta pour manifester contre la levée de certaines mesures sanitaires.

Photo : Radio-Canada / Janet French

Des centaines de manifestants se sont retrouvés pour un cinquième jour de suite à Edmonton et à Calgary pour dénoncer la levée des mesures sanitaires annoncées mercredi dernier par le gouvernement albertain.

Pour la majorité des personnes présentes aux manifestations, le plus important est de rétablir les mesures de traçage de cas contact, de continuer de tester les personnes ayant des symptômes légers et de garder l'isolement obligatoire en cas d'infection à la COVID-19.

Notre message au gouvernement est simple : il ne faut pas permettre aux mesures qui aident à combattre contre la COVID-19 d’expirer, indique un organisateur de la manifestation à Calgary, Patrick King.

Plusieurs slogans sont affichés sur les pancartes des manifestants. On demande la démission du premier ministre, Jason Kenney, ou de mieux protéger les enfants pour la rentrée scolaire.

Deux manifestants tiennent des pancartes.

Les manifestants exigent le retour de mesures sanitaires comme le traçage de cas contacts et l'isolation obligatoire en cas d'infection à la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Julien Latraverse

Jacine Greenwod, une mère de famille d’Edmonton, a ses craintes en ce qui concerne le retour à l’école de sa fille en septembre. C’est terrifiant de ne pas savoir si un simple reniflement peut en fait être la COVID-19 [car la personne ne s’est pas fait tester].

Une stratégie critiquée

Joe Vipond, l'urgentologue calgarien au cœur de ce mouvement, écorche le premier ministre et son gouvernement en raison de leur décision controversée. Jason Kenney a perdu toute autorité morale de gouverner, affirme-t-il.

Ce dernier a réitéré lors d'une conférence de presse mardi sa confiance envers les autorités sanitaires. En tant que premier ministre, il faut que je suive les conseils de la médecin hygiéniste en chef [...] qui a proposé une nouvelle approche.

Jason Kenney dit appuyer cette stratégie sur l’efficacité des vaccins pour protéger la population. Il faut s’attaquer aux autres menaces de la santé publique et pas seulement au virus de la COVID-19.

Le Dr Joe Vipond lors d'une entrevue avec des manifestants.

Le Dr Joe Vipond, figure de proue de ce mouvement, compte continuer de manifester tant que le gouvernement albertain ne se rétractera pas.

Photo : Radio-Canada / Julien Latraverse

Plusieurs mentionnent cependant les risques engendrés par cette démarche, plus particulièrement en raison de la montée du variant Delta.

L'opposition réclame une enquête publique

Mardi, l'opposition officielle en Alberta a demandé une enquête publique sur la gestion de la pandémie par Jason Kenney et son gouvernement.

Une enquête publique complète est nécessaire afin de permettre aux Albertains de comprendre ce qui s'est passé au cours de cette pandémie, estime la porte-parole du Nouveau Parti démocratique de l'Alberta en matière d'éducation, Sarah Hoffman.

Les néo-démocrates affirment également que le gouvernement du Parti conservateur uni refuse de rendre public un rapport sur la première vague de la COVID-19 dans la province, attendu à l’automne 2020.

Ces allégations ont toutefois été démenties sur Twitter (Nouvelle fenêtre) par le ministre albertain de la Santé, Tyler Shandro. Selon lui, le rapport provisoire indépendant de la firme KPMG sera publié cette semaine. Il devrait comprendre une vue plus globale de la gestion de la pandémie de la part du gouvernement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !