•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un crédit d'impôt attire près de 1 G$ en production cinématographique

Un homme marche dans un studio de tournage avec des grues qui soutiennent des caméras.

Le studio de cinéma Calgary Film Center.

Photo : Radio-Canada

Depuis le lancement de son programme de crédit d’impôt à l’industrie du film et de la télévision, en janvier 2020, l'Alberta a attiré une cinquantaine de productions cinématographiques et télévisuelles, qui ont engendré 955 millions de dollars en coûts de production, selon le gouvernement albertain.

L'adaptation en série du jeu vidéo à succès The Last of Us, Ghostbusters: Afterlife, Predator 5 ou encore Billy the Kid, sont quelques-unes des nombreuses productions cinématographiques américaines qui ont récemment choisi l’Alberta comme lieu de tournage.

Selon le premier ministre, Jason Kenney, l’arrivée de géants de l’industrie comme les studios MGM, Disney ou encore HBO confirme le succès de la stratégie de son gouvernement.

Cette année a été déterminante, a-t-il déclaré en conférence de presse mardi.

En mars, l’Alberta a retiré un plafonnement qui limitait les productions cinématographiques et télévisuelles à un crédit d’impôt maximal de 10 millions de dollars pour attirer des projets plus importants.

Nous voulions envoyer le message aux HBO, Disney, Universal et MGM de ce monde que l’Alberta est prête à faire des affaires, affirme Jason Kenney.

Un crédit d’impôt nécessaire

Le premier ministre soutient que ce crédit d’impôt était nécessaire pour faire de l’Alberta une destination de choix pour les producteurs étrangers.

Nous étions en compétition avec des autorités qui avaient des incitatifs beaucoup plus généreux que les nôtres, dit-il.

Une grande partie des retombées économiques sont liées à la série The Last of Us, produite par HBO.

La série tournée dans la région de Calgary est la production télévisuelle la plus importante de l’histoire canadienne et représente 200 millions de dollars en revenus pour l’Alberta.

Le renforcement du crédit d’impôt à l’industrie du film et de la télévision de l’Alberta a fait de la province une destination très attirante pour HBO, affirme le directeur général adjoint de la production et des incitatifs de l’entreprise, Jay Roewe.

Une scène du jeu vidéo où on voit Joel, un survivant endurci engagé pour faire sortir clandestinement l'adolescente Ellie d'une zone de quarantaine.

L'adaptation télévisée du jeu vidéo The Last of Us de HBO est tournée dans la région de Calgary.

Photo : Associated Press / Naughty Dog/Sony Computer Entertainment America

Reprise et diversification économique

Selon la province, investir dans l’industrie cinématographique permettra à l’Alberta de diversifier son économie et l'aidera à se relever de la pandémie de COVID-19.

Jusqu’à maintenant, les tournages de films et de séries télévisées ont contribué à créer 9000 emplois en Alberta, affirme le gouvernement.

Ces productions remplissent les chambres d’hôtel et les restaurants à travers l’Alberta avec leurs travailleurs. Elles embauchent des charpentiers et des traiteurs, créent des emplois pour les spécialistes de l'éclairage et d'autres techniciens, affirme Jason Kenney.

Les jeunes veulent s’assurer d’avoir un avenir en Alberta. Ils veulent savoir que des projets du genre ont lieu ici, déclare Doug Schweitzer, le ministre de l'Emploi, de l'Économie et de l'Innovation de l'Alberta.

Selon l’organisme à but non lucratif Keep Alberta Rolling, dont le mandat est la promotion de l’industrie cinématographique dans la province, la valeur totale de cette industrie et le nombre de productions en Alberta cette année pourraient être deux fois supérieurs aux chiffres de 2020.

Il y a une initiative qui nous permet de former plus de gens et de soutenir des productions plus importantes, affirme le responsable de la promotion de l’organisme, Brock Skretting.

Avec les informations d'Elise von Scheel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !