•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Main-d'œuvre : côté salaire, difficile de concurrencer les minières sur la Côte-Nord

L'usine d'ArcelorMittal à Port-Cartier.

L'usine d'ArcelorMittal à Port-Cartier

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Certains employeurs de la Côte-Nord qui cherchent à attirer des travailleurs doivent s'adapter pour faire face aux industries minières de la région, qui offrent souvent de meilleurs salaires.

L’industrie minière est au cœur du développement économique de la Côte-Nord, mais les petites et moyennes entreprises ont elles aussi besoin de bras pour fonctionner.

On le sait, la minière, ici, c'est comme le cœur de Port-Cartier. Côté salarial, il n'y a pas personne, pas d'entreprise privée qui peut compétitionner avec ça, constate Line Bordage, porte-parole de la Ville de Port-Cartier.

Line Bordage, porte-parole de la  Ville de Port-Cartier.

Line Bordage, porte-parole de la Ville de Port-Cartier

Photo : Radio-Canada / Camille Lacroix

Des travailleurs choisissent les minières pour le salaire compétitif, parfois au détriment des autres employeurs.

Selon les données d'Emploi Québec, le salaire médian était estimé à 36 $ l'heure pour un opérateur de machine dans le traitement des métaux et des minerais, entre 2018 et 2020.

Les minières ont recruté les étudiants qui étaient déjà en emploi, alors nous, on a perdu des joueurs, ce n’est pas toujours évident, déplore Mme Bordage.

L'hôtel de ville de Port-Cartier.

La Ville de Port-Cartier doit travailler fort pour recruter des travailleurs.

Photo : Radio-Canada / Camille Lacroix

Des recruteurs de petites et moyennes entreprises comme le Groupe Fransi, à Baie-Comeau, disent avoir tout essayé pour attirer les salariés, mais que ces derniers vont tout de même vers les minières. L'entreprise familiale a donc engagé des travailleurs étrangers, avec l'aide du Centre Émersion.

Nous ici, on essaie de recruter, de faire de l'attraction de main-d'œuvre, donc on regarde chez les immigrants, chez les nouveaux arrivants, mentionne Sylvie Ostigny, directrice générale du Centre Émersion.

Sylvie Ostigny directrice générale du Centre Émersion.

Sylvie Ostigny directrice générale du Centre Émersion

Photo : Radio-Canada / Camille Lacroix

À Baie-Comeau et à Port-Cartier, des stratégies sont envisagées pour que les emplois soient aussi attrayants que ceux des grandes industries : salaires concurrentiels, meilleures conditions de travail, avantages sociaux.

Il faut travailler avec l'ensemble de la Côte-Nord, affirme Mme Ostigny. Le problème est le même à Sept-Îles qu’en Minganie.

La porte-parole de la Ville de Port-Cartier estime que ce n’est que la pointe de l’iceberg.

Il va falloir vraiment s'asseoir et essayer de trouver des solutions. C'est sûr que ça ne va pas aller en s'améliorant, anticipe Line Bordage. On va essayer d'être plus proactifs, plus compétitifs au niveau salarial.

De son côté, l'Association minière du Québec n'était pas en mesure pour le moment de commenter cette difficulté.

D’après le reportage de Camille Lacroix

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !