•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une grève des agents frontaliers est de plus en plus probable, selon le syndicat

Un agent frontalier contrôle des véhicules.

Plus de 8500 travailleurs de l’Agence des services frontaliers du Canada pourraient déclencher une grève dès le 6 août.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

La Presse canadienne

À l'approche de l'échéance du 6 août, le déclenchement d'une grève des agents frontaliers canadiens semble de plus en plus inévitable, a affirmé mardi leur syndicat, qui accuse le gouvernement fédéral d'avoir quitté la table des négociations. Leurs moyens de pression pourraient perturber les échanges commerciaux.

Les négociations entre les parties auraient pris fin au cours de la fin de semaine et seraient au point mort, selon Claude Bouchard, du Syndicat des douanes et de l'immigration (SDI) et membre de l'équipe de négociation.

On veut retourner à la table de négos le plus rapidement possible et éviter une grève à partir de vendredi, mais présentement, on n'entend rien de notre employeur. Vendredi arrive vite.

Une citation de :Claude Bouchard, Syndicat des douanes et de l'immigration

Il n'a pas été possible d'obtenir une réaction immédiate du Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada. Les agents frontaliers ont donné leur feu vert à une grève qui pourrait être déclenchée à partir du 6 août. Les membres de l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) et du SDI sont sans contrat de travail depuis 2018. Près de 9000 travailleurs pourraient être en grève.

La menace des moyens de pression

La majorité des agents frontaliers sont des travailleurs essentiels et devront continuer de travailler, mais ils pourraient adopter des moyens de pression qui auront un impact sur les échanges commerciaux, a précisé M. Bouchard.

Parmi les moyens de pression envisagés figurent des fouilles plus longues ou la non-perception des droits de douane et des taxes. Ce n'est pas ce qu'on souhaite, mais s'il ne se passe rien, on n'aura pas le choix de réagir, a ajouté M. Bouchard.

La sécurité des Canadiens ne sera pas mise en danger, a-t-il assuré. Les douaniers continueront à se montrer vigilants en ce qui a trait aux activités criminelles comme le trafic d'armes à feu et de drogue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !