•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour à la normale à la traverse de L’Isle-aux-Coudres

Une file de voitures attend l'arrivée du traversier.

Un seul traversier, le Félix-Antoine Savard, assure la connexion entre L'Isle-aux-Coudres et Saint-Joseph-de-la-Rive.

Photo : Radio-Canada / Guylaine Bussière

Après avoir été partiellement paralysée pendant plusieurs heures, la traverse de L’Isle-aux-Coudres a connu un retour à la normale mardi en fin de journée.

Un bris mécanique survenu lundi soir a forcé le retrait de l’un des deux traversiers qui effectuent la liaison. Il ne restait plus que le NM Félix-Antoine-Savard pour assurer le transport des passagers et des marchandises.

L'attente était longue mardi matin au quai de Saint-Joseph-de-la-Rive. Alors que certains vacanciers ont pris leur mal en patience, d’autres ont décidé de changer leurs plans et de rebrousser chemin.

Une file de voitures sur un quai.

L'attente était longue mardi matin au quai de Saint-Joseph-de-la-Rive pour prendre le traversier en direction de L'Isle-aux-Coudres.

Photo : Radio-Canada / Guylaine Bussière

Une pièce du gouvernail du NM Alphonse-Desjardins s'est brisée, forçant l'arrêt du navire. Le Groupe Océan a effectué les réparations et le navire a pu reprendre ses activités. Le traversier assure habituellement la traverse Québec-Lévis, mais avait été prêté à celle de L’Isle-aux-Coudres pour la période estivale, qui est très achalandée.

Le ralentissement de la traverse a suscité de la frustration, mardi matin.

On espérait que ça n'arriverait pas cette année. C'est sûr qu'on est déçus.

Une citation de :Pierre Tremblay, maire des Éboulements

Selon le maire des Éboulements, Pierre Tremblay, la Société des traversiers du Québec a mal planifié le remplacement de ses navires vieillissants.

On s'exprime clairement sur le fait de notre insatisfaction par rapport à ça, assure-t-il. [Ce qu'on nous dit, c'est] qu'on est en mode solution pour trouver de nouveaux bateaux et que ça aille mieux, mais c'est sûr que ça ne se fait pas à court terme. Ce qu'on veut, c'est qu'il y ait une politique à long terme.

La traverse était déjà privée du NM Radisson, qui y est normalement affecté durant l’été. Le navire a été mis au rancart jusqu’en 2022 en raison d’un bris majeur.

Avec les informations de Guylaine Bussière

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !