•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort de Michel Brûlé : la Couronne doute, la famille liquide la succession

Le palais de justice de Québec.

Un dénouement judiciaire est improbable dans ce dossier avant novembre prochain.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Alors que le Directeur des poursuites criminelles et pénales attend toujours une preuve de décès satisfaisante pour confirmer la mort de l'éditeur Michel Brûlé, sa famille procède à la liquidation de sa succession. Un dénouement judiciaire est improbable dans ce dossier avant novembre prochain.

Michel Brûlé, reconnu coupable d'agression sexuelle en octobre 2020, serait décédé le 31 mai à la suite d'un accident de vélo au Brésil. Il s'y était rendu pour rejoindre son frère, qui y possède une auberge, après le verdict de culpabilité.

La Couronne n'est cependant pas satisfaite du certificat de décès brésilien présenté pour confirmer la mort de Michel Brûlé. Écrits en portugais, tous les documents, y compris le rapport de police et le certificat d'inhumation, ont été remis par le frère du défunt.

Enterrée au Brésil, la dépouille n'a jamais été rapatriée au Canada.

Le cycliste aurait percuté un arbre, après avoir perdu le contrôle de son vélo.

Le cycliste aurait percuté un arbre après avoir perdu le contrôle de son vélo.

Photo : Courtoisie/FTEMPOREAL.COM

Dans les circonstances, et alors que Michel Brûlé attendait de recevoir sa peine, la Couronne a exigé un certificat de décès canadien pour retirer les accusations et clore le dossier. Interpol et la Gendarmerie royale du Canada ont été mis à contribution afin de satisfaire les exigences du ministère public.

Les parties étaient de retour en cour mardi matin, mais le dossier n'a finalement pas procédé comme prévu. La Couronne a laissé entendre qu'elle n'avait toujours pas encore tous les documents nécessaires. La cause a donc été reportée au 9 novembre prochain.

Succession en cours

L'avocat de Michel Brûlé, Me Charles Brochu, espérait se désister du dossier, mardi matin. Il ne pourra le faire au moins avant l'audience prévue l'automne prochain, lui a indiqué le juge Sébastien Proulx.

Pour Me Brochu, il ne fait aucun doute que l'éditeur de 56 ans est bel et bien décédé le 31 mai dernier. Il comprend toutefois que l'homme doit être mort aux yeux du Canada pour enfin disposer de la cause. Comme certains peuvent présumer que les papiers aient été falsifiés de façon ou d'une autre, par conséquent, ça prend un certificat de décès qui vient du Canada, a-t-il expliqué.

Dans l'intervalle, il a fait savoir mardi matin que la famille de M. Brûlé était avancée dans le processus de liquidation de ses avoirs. Manifestement, ils ont réussi à obtenir le testament sans avoir le certificat de décès.

Les proches de Michel Brûlé, y compris son avocat, avaient pris sa défense quelques jours après l'annonce de son accident fatal, alors que certains internautes laissaient croire que l'homme aurait simulé sa mort.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !