•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les sauterelles font des ravages dans les champs du Manitoba

Un criquet birayé sur une brindille d'herbe.

La chaleur et la sécheresse sont des conditions propices à une invasion de sauterelles.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Pour une quatrième année consécutive, la population de sauterelles est en hausse dans les champs du Manitoba, menaçant des cultures déjà compromises par la sécheresse.

Ces insectes, dont environ 85 espèces sont répertoriées dans la province, prolifèrent par temps chaud et sec. Ils se nourrissent notamment d’herbes et de cultures de céréales ou de légumineuses.

Les sauterelles peuvent aussi s'attaquer à d’autres cultures si elles ne trouvent pas de nourriture facilement.

Dans certaines régions, les populations sont très nombreuses et il est difficile de les contrôler. Dans d’autres régions, la situation n’est pas aussi grave. C’est donc une situation variable, affirme l’entomologiste John Gavloski, d’Agriculture Manitoba.

Selon M. Gavloski, la région d’Entre-les-Lacs serait particulièrement touchée.

Agriculture Manitoba indique que seulement 5 % des cultures de blé et de canola de cette région sont jugés de bonne qualité. Dans la partie ouest de la province, c'est environ la moitié des cultures qui est considérée comme étant de bonne qualité.

Recensement des sauterelles depuis 1931

John Gavloski signale que le nombre de sauterelles est en hausse depuis 2017 dans la province.

Un relevé du nombre de sauterelles est en cours en ce moment, comme tous les mois d’août depuis 1931.

Un champ d’herbe lors d’une journée d’été ensoleillée.

Les sauterelles peuvent ravager un champ.

Photo : Radio-Canada / Riley Laychuk

Les estimations sont basées sur un comptage des spécimens le long des champs ainsi que sur les conditions météorologiques et les tendances récentes.

Selon M. Gavloski, les prévisions sont sous-estimées.

La pluie attendue

Une pluie régulière peut faire chuter la population de sauterelles, indique M. Gavloski.

Les sauterelles se portent beaucoup mieux dans des conditions chaudes et sèches. S’il fait chaud, elles commencent à pondre des œufs plus tôt. S’il fait chaud et sec tout au long de l’été, elles seront plus proches de leur nombre maximal d’œufs.

Agriculteur et agronome à Dauphin, Kevin Thompson raconte que plusieurs champs de la région sont ravagés par les sauterelles, en dépit des insecticides qui y ont été pulvérisés.

Ce problème s’ajoute aux aléas de la météo, les agriculteurs ayant dû composer avec un épisode de gel tardif ce printemps, suivi de la chaleur de l'été, raconte-t-il.

Dans ces conditions, il se considère comme chanceux de pouvoir espérer que certains de ses champs puissent rapporter environ la moitié du rendement d'une année normale.

Quinze municipalités au Manitoba ont déclaré l’état d'urgence agricole en raison des menaces pour les cultures.

Avec les informations de Riley Laychuck

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !