•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rivière Péribonka : les militants implorent de nouveau François Legault

François Legault au micro.

Le premier ministre du Québec François Legault est de nouveau interpellé par les militants qui souhaitent la protection de la rivière Péribonka et ses alentours.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Le comité qui milite pour la sauvegarde de la rivière Péribonka et d’autres groupes environnementaux reviennent à la charge et demandent au premier ministre du Québec d’agir au plus vite pour préserver le secteur.

Ils avaient déjà fait cette requête dans le passé, mais sont toujours en attente d’une action concrète de la part de François Legault. La lettre acheminée par celui-ci au comité le 17 mai dernier est loin d’être suffisante aux yeux des militants. Dans sa missive, le premier ministre réitérait que la rivière Péribonka était un joyau et affirmait garder confiance que des solutions satisfaites seraient trouvées pour toutes les parties.

La rivière est entourée d'arbres et de montagnes.

La rivière Péribonka

Photo : Radio-Canada

Or, depuis cette lettre, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) a planifié des coupes forestières à la fin du mois d’août aux alentours de la rivière Péribonka, justifiant le tout par l’épidémie de la tordeuse des bourgeons de l’épinette sur le site projeté de l’aire protégée. Les militants y voient de l’insubordination.

Par ce geste d’insubordination, le MFFP non seulement fait fi des paroles du premier ministre, mais il va à rebours de l’engagement du gouvernement de protéger 30 % du territoire d’ici 2030 dans une région qui présente un très important déficit en aires protégées, peut-on lire dans un communiqué du comité transmis aux médias.

Le Comité de sauvegarde de la rivière Péribonka, Nature Québec, Action boréale et la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP) réclament la suspension de ces coupes forestières pour qu’une réflexion collective ait lieu concernant l’avenir de ce territoire.

Les militants ont toujours l’intention de manifester devant les bureaux du ministère des Forêts dans l’arrondissement à Jonquière le 13 août. Ils promettent que d’autres actions sont à venir si leur message ne trouve pas écho auprès du gouvernement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !