•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fusillades à Montréal : « Assez, c'est assez! » dit le SPVM

Des ambulances et des véhicules de police sur les lieux de la fusillade, alors que des voisins observent la scène depuis leur balcon.

L’attaque a eu lieu peu avant 19 h dans l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Wagner

Radio-Canada

Au lendemain de la fusillade meurtrière qui a coûté la vie à trois personnes à Montréal, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) promet de tout faire pour endiguer la série d'événements qui secouent l'île depuis quelques mois.

En conférence de presse, David Shane, conseiller au cabinet du directeur du SPVM, a lancé un message aux auteurs des fusillades.

Assez, c'est assez! À partir d’aujourd’hui, vous avez toutes les forces du SPVM sur le dos.

Une citation de :David Shane, conseiller au cabinet du chef de police du SPVM

Le SPVM et les autorités municipales ont offert leurs condoléances aux proches des victimes et invitent les citoyens à partager les informations dont ils disposent au moyen de la ligne Info-Crime. Chaque arme qui va être saisie représente au moins une victime qui peut être sauvée, a ajouté David Shane.

La SQ à la rescousse du SPVM

Le corps de police montréalais recevra l'aide de la Sûreté du Québec (SQ) pour diminuer la circulation d'armes et rétablir l'ordre.

La violence a plusieurs visages et c'est tous ensemble que nous allons régler ce problème, a déclaré mardi la mairesse de l'arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles.

On ne doit jamais banaliser ces événements, a mentionné Mme Bourgeois, se disant habitée par une grande colère.

La mairesse de Montréal a également réagi, se disant choquée. La violence armée doit cesser. La sécurité des Montréalais.es est une priorité inconditionnelle, a-t-elle écrit sur son compte Twitter.

Pour Denis Coderre, l’ancien maire et candidat à la mairie de Montréal, la métropole n’est pas sécuritaire présentement. Il se dit en furie et entend faire de la sécurité un enjeu de la campagne électorale.

Des policiers du SPVM sur une scène de crime.

Trois morts et deux blessés à Rivière-des-Prairies

Photo : Radio-Canada / Mathieu Wagner

L’attaque, qui a eu lieu peu avant 19 h dans l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, a visé cinq personnes. Trois ont succombé à leurs blessures. Il s'agit d'un homme de 63 ans et de deux jeunes de 29 ans.

Quant aux blessés, un homme a été sérieusement atteint, mais on ne craint pas pour sa vie. L’autre serait un mineur qui aurait été légèrement blessé.

Selon les informations recueillies auprès de témoins, une trentaine de coups de feu auraient été tirés à partir de deux véhicules en direction d’un immeuble résidentiel situé à l'angle du boulevard Perras et de la 54e Avenue. Des coups de feu avaient déjà été tirés en direction de l'immeuble le 5 juin dernier.

Guerre de clans?

Pour Guy Ryan, inspecteur à la retraite du SPVM, cela ne fait pas de doute : Il y a une guerre entre les clans.

En entrevue à RDI matin, il a souligné que depuis un mois, cela fait une vingtaine d’événements qui impliquent l'utilisation d’armes à feu.

Marcel Savard, ancien directeur général adjoint à la SQ, pense lui aussi qu’il s’agit de groupes criminels qui essaient de passer des messages ou de conquérir des territoires.

Cette attaque résonne jusque dans les QG politiques à Québec.

Le premier ministre François Legault a réagi mardi matin sur son compte Twitter en annonçant une enquête déjà en cours.

Cette énième fusillade à Montréal inquiète le voisinage.

Je ne me sens pas vraiment en sécurité, je ne comprends pas, lance une dame. Son inquiétude est partagée par un voisin : Il commence à y avoir pas mal de coups de feu. Ça arrive très souvent, assène-t-il.

Dans les dernières semaines, on voit que ça se promène un peu partout à Montréal […] C’est plus inquiétant parce que ça semble être complètement hors de contrôle, dit un autre voisin.

Le SPVM n’écarte aucune hypothèse quant au contexte entourant cette fusillade.

On partage les préoccupations et les craintes des citoyens.

Une citation de :Julien Lévesque, porte-parole du SPVM

Assistés des techniciens de l’identité judiciaire, ils [les enquêteurs] vont rencontrer des témoins, des personnes du voisinage et vérifier s’il y avait des caméras de surveillance aux abords de la scène de crime, explique M. Lévesque.

Avec les informations de Karine Bastien

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !