•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Conseil des arts de Saguenay : la présidence de Julie Morin questionnée

Julie Morin en entrevue dans un studio de danse.

Julie Morin est candidate aux élections municipales pour la première fois.

Photo : Radio-Canada

La nomination de Julie Morin à la présidence du Conseil des arts de Saguenay a soulevé quelques questions de la part d’élus au cours de l’assemblée publique du conseil municipal de Saguenay, lundi.

Directrice générale de l’école de danse Florence-Fourcaudot, Julie Morin est candidate aux élections municipales dans le district 8 sous la bannière de l’Équipe du renouveau démocratique (ERD), le parti dirigé par la mairesse Josée Néron.

C’est le conseiller sortant de ce district, Simon-Olivier Côté, qui a soulevé la question de l’apparence de conflit d'intérêt. Le Conseil des arts de Saguenay reçoit du financement de la part de la Ville.

Le conseiller Carl Dufour, qui préside la commission Arts, culture et patrimoine de Saguenay, a indiqué que les candidatures se faisaient rares et qu’il allait de soi de nommer Julie Morin à ce poste en raison de la qualité de son travail à titre d'administratrice.

Les candidats au poste n’étaient pas légion. C’était difficile d’avoir une présidente. On nous a dit à la commission que tout était légal et correct. Mme Morin est au courant que son poste va aller également dans le sens de l’élection, a expliqué Carl Dufour.

La greffière de la Ville, Caroline Dion, a indiqué que ce n’était pas à elle de statuer sur l’admissibilité de la candidate à la présidence de l'organisme puisqu’en tant que greffière, elle agit également comme directrice des élections.

C’est à elle de faire les vérifications nécessaires auprès d’un procureur de son choix, a-t-elle déclaré.

Josée Néron a renchéri en disant que seules deux personnes de l’ancien conseil d’administration étaient reconduites, soit Julie Morin et Philippe Belley. Ce dernier n’était pas disposé à assumer la présidence.

Ne pas la nommer, ce serait de faire de la politique parce qu’on contrecarrait la volonté du milieu, a affirmé Josée Néron, qui a indiqué que les acteurs du milieu culturel souhaitaient la nomination de Mme Morin comme présidente.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !