•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une course festive de tacots sous la pluie dans la Péninsule acadienne

Une course de tacots dans une rue de Caraquet, au Nouveau-Brunswick.

La course de tacots a eu lieu le 2 août dans l'après-midi.

Photo : Radio-Canada / Jérémie Tessier-Vigneault

Radio-Canada

Des maires du nord-est du Nouveau-Brunswick ont participé lundi à la traditionnelle course de tacots du Festival acadien de Caraquet.

Cette année, avec la COVID-19, il a fallu modifier un petit peu les règles, parce que le festival commence un peu plus tard, mais c’est surtout la journée des enfants, explique le maire de Caraquet, Bernard Thériault.

Petits et grands se sont rassemblés en grand nombre afin de prendre part aux festivités.

Les différents tacots, tous de confection artisanale, ont dévalé la fameuse butte de la rue du Portage.

Un enfant dans un bolide de type boite-à-savon, se prépare à descendre une rue à la course.

C'était presque la folie des Jeux olympiques à Caraquet, lundi, pour la fameuse course annuelle de boîte à savon.

Photo : Radio-Canada / Jérémie Tessier-Vigneault

Une fois lancés du haut de leur rampe, l’objectif pour les pilotes est d’aller le plus loin possible.

Plusieurs prix sont remis aux vainqueurs.

La pluie est malheureusement venue ajouter un coefficient de difficulté assez élevé pour les participants de chaque épreuve. Elle a rendu le parcours très glissant.

Une rue en pente sur laquelle est organisée une course de tacots, avec plusieurs spectateurs des deux côtés.

La butte de la rue du Portage, à Caraquet, au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Tous s’étaient assurés de porter l'équipement de protection adéquat afin d’éviter de finir la course en ambulance.

Les courageux étaient répartis selon quatre catégories : les enfants, les adolescents, les séniors, et les maires des municipalités de la Péninsule acadienne.

Eel River Dundee, grand vainqueur

Les maires ont rivalisé pour épater leurs admirateurs, mais aussi pour défendre l’honneur de leur municipalité respective.

C’est une belle expérience, affirme le maire d’Eel River Dundee, Mario Pelletier. C’est une expérience de réseautage avec les gens.

Un homme à bord d'un bolide décent une rue. La foule l'entoure.

Le maire de Caraquet, Bernard Thériault, a été acclamé par la foule lors de sa descente en tacot.

Photo : Radio-Canada

Le maire de Sainte-Marie-Saint-Raphaël, Bernard Savoie, en était à sa première participation. Il dit avoir entendu parler de cet événement depuis plusieurs années.

Quand je suis arrivé, ils ont décidé de me passer un tacot, dit-il.

C’est finalement le maire d’Eel River Dunde, Mario Pelletier, qui a été couronné grand vainqueur.

Un tacot roule à toute allure sur une rue de ville. Des spectateurs sont présents.

Le maire d’Eel River Dundee, Mario Pelletier, en pleine action.

Photo : Radio-Canada

Sur les six maires présents, cinq d’entre eux récemment élus entament un premier mandat.

Ils auront sans doute l’occasion de se recroiser sur la piste de course dans les prochaines années.

D’après le reportage de Jérémie Tessier-Vigneault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !