•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fêtes tardives et déchets attirent les coyotes au parc Stanley, dit une chercheuse

Un coyote dans les bois, le 11 juin 2021.

Photo d'un coyote prise par une caméra activée par un détecteur de mouvements dans le parc Stanley de Vancouver.

Photo : Offerte par Kristen Walker

Radio-Canada

Une spécialiste de la faune de l’Université de Colombie-Britannique (UBC) croit qu’une meilleure gestion des déchets et des visites nocturnes au parc Stanley pourrait contribuer à limiter la hausse du nombre d’attaques de coyotes que connaît le parc depuis quelques mois.

La biologiste Kristen Walker, de l’UBC, fait partie d’une équipe qui a installé des caméras à détecteur de mouvements dans le parc, en janvier 2021, afin de mieux connaître ses habitants à quatre pattes principalement actifs la nuit.

Leur comportement [dernièrement] est extrêmement inhabituel, explique-t-elle. On n’a jamais vu ça chez les coyotes.

Les images captées par les caméras doivent permettre de déterminer combien de coyotes compte le parc, tout en expliquant leur comportement.

Pas que des coyotes

Ces images ont toutefois révélé que les coyotes ne sont pas les seuls à roder dans les sentiers du parc Stanley la nuit.

Photo en noir et blanc de jambes de passants prise dans le parc Stanley, de Vancouver, à 4 h 10, le 20 juin 2021.

Les caméras à détecteur de mouvements utilisées pour observer le comportement des coyotes du parc Stanley ont également capté des images de passants s'aventurant dans le parc la nuit.

Photo : Fournie par Kristen Walker

Des personnes ont été aperçues en pleine nuit, et des déchets ont été retrouvés, le lendemain, aux endroits visités.

Bien que l’analyse des données récoltées ne soit pas encore terminée, Kristen Walker croit que les visiteurs nocturnes et ce qu’ils laissent derrière eux en matière de déchets, dont des restes de boissons alcoolisées, pourraient augmenter l’agressivité des coyotes envers les êtres humains.

C’est le résultat d’un ensemble de facteurs, explique-t-elle. En plus des déchets, on sait que les gens nourrissent les animaux du parc, ce qui contribue aussi au changement de comportement des coyotes.

L’euthanasie, une solution?

Selon Mme Walker, l’abattage des coyotes du parc Stanley n’est pas une solution à long terme, puisque ceux-ci seront rapidement remplacés par d’autres individus de la région métropolitaine.

Elle croit également que cette solution temporaire peut empêcher de trouver la source du problème. Ces coyotes ont un comportement anormal, et c’est inacceptable, mais nous devons en trouver la cause.

Elle espère que Vancouver augmentera la présence policière dans le parc la nuit afin de limiter les visites nocturnes.

Elle demande également à la Commission des parcs de la ville d’augmenter le nombre de poubelles sécuritaires pour rendre les déchets inaccessibles pour la faune du parc.

La Commission des parcs veut comprendre

Tout en disant étudier les recommandations de Kristen Walker et son équipe, la Commission des parcs de Vancouver dit qu'elle essaye elle aussi de comprendre la cause du changement de comportement des coyotes.

Je ne crois pas qu’il y ait de cause unique, affirme le planificateur principal en matière d’environnement et de développement durable de la Commission, Chad Townsend.

Les facteurs motivant ces comportements ne sont pas nécessairement différents de ceux qu’on a observés par le passé, mais les agressions le sont, note-t-il.

Si les facteurs n’ont pas nécessairement changé, il est possible que l’augmentation de la fréquentation du parc depuis le début de la pandémie ait un effet.

Entre-temps, la Commission exhorte les Vancouvérois à ne pas s’aventurer dans le parc la nuit, à ramasser leurs ordures et à éviter de nourrir la faune.

Avec les informations de Chad Pawson et Lyndsay Duncombe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !